Jorge Sauma, Corbana : « Une hausse des prix est nécessaire »

Le secteur de la banane du Costa Rica optimiste quant au soutien des détaillants de l'UE et des USA en faveur de prix plus élevés

La Corporación Bananera Nacional (CORBANA) estime que sa position de leader depuis plus de 20 ans dans la culture d'un produit durable l'aidera à convaincre le secteur de la vente au détail sur ses principaux marchés, l'Europe et les États-Unis, de lui offrir de meilleurs prix.

Jorge Sauma, directeur général de Corbana, explique qu'à l'occasion des récentes réunions de Madrid, les prix des bananes ont augmenté sur les étagères des détaillants. Il espère que cela se traduira par de meilleurs prix à la production pour soutenir tous les développements nécessaires dans les pays producteurs d'Amérique latine.

Le Costa Rica est l'un des trois principaux pays exportateurs de bananes dans le monde. En 2021, le pays a exporté quelque 129 millions de caisses de bananes (environ 18,14 kilos chacune), soit environ 2,3 millions de tonnes. Les marchés cibles sont principalement les États-Unis (34 %) et l'Europe (61 %), avec en tête les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l'Italie, l'Espagne (6,63 %), la Belgique, le Portugal et la Finlande. Pour la saison 2022 en cours, Corbana prévoit une réduction de 9 % des volumes.

« Nous avons augmenté le volume ainsi que le rendement par hectare à plus de 3 100 boîtes de 18,14 kg. Notre record était de 131 millions de boîtes il y a 3 ans. La situation actuelle est particulièrement imprévisible. Nous tablons sur une réduction de 9 %. Cette situation est due aux difficultés de transport et aux flambées des prix des navires de fret et des engrais. Au Costa Rica, nous finançons également les producteurs pour leur permettre d'acheter des produits phytosanitaires et leur accorder plus de temps pour le remboursement. Nous sommes toujours positifs. À Madrid, nous avons vu que le prix de la banane a augmenté dans le commerce de détail. On constate un manque de bananes sur le marché, notamment parce que l'Equateur a moins exporté. Nous ne sommes pas sûrs que cela va durer toute l'année », déclare Sauma.

« J'ai été vraiment impressionné par le salon Fruit Attraction cette année, l'événement a été très bien géré. Je félicite la direction de l'IFEMA. Nous avons eu l'occasion d'avoir de nombreuses réunions avec des acheteurs de plusieurs pays. Nous avons pu expliquer notre industrie bananière et sa différenciation. Nous travaillons depuis plus de 20 ans dans le domaine de la durabilité. Nous recyclons 100 % des plastiques, aucune eau usée n'est rejetée dans les rivières et nous réduisons également l'utilisation de produits agrochimiques de près de 50 %. »

« Il y a aussi les aspects sociaux. Le Costa Rica a de très bonnes lois. L'éducation est gratuite et obligatoire pour les enfants de 1 à 6 ans et l'enseignement primaire est payé par le gouvernement. Nous payons des salaires très élevés pour les travailleurs. Nous accordons également beaucoup d'attention à la condition de nos travailleurs. La durabilité économique est un autre domaine d'intérêt. Tous ces efforts sont déployés pour que le consommateur ait davantage confiance en nos fruits, et cela a un prix. Ils visent également à protéger le producteur et le consommateur. Il convient de noter que 100 % des exploitations se conforment aux protocoles de gestion des déchets et de recyclage, tandis que 93 % des usines de conditionnement disposent de programmes de recirculation de l'eau et que plus de la moitié des exploitations (63 %) sont certifiées neutres en carbone par des entités accréditées, l'objectif étant d'atteindre 100 % à court terme. »

« Il y a vingt ans, les supermarchés ne jouaient pas un rôle important dans la chaîne de valeur. Aujourd'hui, ils sont plus importants que les entreprises de négoce. La position défavorable des bananes sur le marché est préoccupante. Je ne sais pas pourquoi nous recevons le prix le plus bas alors qu'il s'agit du fruit le plus apprécié. Nous devons impérativement améliorer cette situation. Il faut notamment des prix plus élevés qui doivent être payés. »

« Le Pacte vert de l'UE, qui prévoit de nombreuses mesures, entraîne des coûts plus élevés. Nous sommes dans une situation très particulière, le prix de tous les éléments augmente. Les engrais, le transport, les prix des cartons et du plastique sont plus élevés. La guerre de Poutine a affecté toutes les industries. Nous avons mené de nombreuses actions et fait des suggestions aux détaillants, notamment à Aldi qui a indiqué qu'il ne ferait pas pression sur les prix. Ils mettront l'accent sur l'effort social, ils changeront cette politique », explique Sauma.

Corbana est une entité privée-publique qui joue le rôle de promoteur et de régulateur officiel. Elle abrite également un centre de recherche scientifique et une ferme expérimentale pour l'industrie de la banane au Costa Rica. Corbana organise le Congrès international de la banane qui aura lieu en mai 2023. En raison du risque de contamination par d'autres régions de production invitées à travers la planète, le congrès se tiendra plutôt à Miami, aux États-Unis.

« L'industrie mondiale de la banane touche plus de 500 millions de personnes en tant que vecteur d'alimentation et d'emploi. Nous sommes ouverts à l'idée d'aller sur d'autres marchés pour essayer de les atteindre. La logistique est plus longue et plus coûteuse, tandis que le fruit a besoin de plus de protection », conclut Sauma.

Pour plus d'informations :
Jorge Sauma
Corbana
Tél. : +506 400 24711
jsauma@corbana.co.cr
www.corbana.co.cr


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)