Le projet It's Bio souligne l'importance de la profondeur de gamme pour les fruits et légumes bio en Europe

La consommation de produits bio se maintient lorsque l'offre augmente

It's Bio est un projet, financé par AOP Gruppo Vi.Va, visant à promouvoir la consommation de produits bio en Italie, en Belgique et en Grèce. Récemment à Bologne, s'est tenu un atelier consacré à l'approfondissement du thème de la « consommation » avec quelques représentants de la grande distribution italienne. De la discussion entre le représentant de Coop Italia, Alberto Ancarani et Massimo Silvestrini de Carrefour, est ressorti un thème clé : le ralentissement des achats ne doit pas impacter le bio, qui représente pour les deux marques une catégorie premium qui combine santé, bien-être et durabilité.

L'étendue de l'assortiment garantit la fidélité des clients, mais le problème posé par la grande distribution est le prix des produits bio. « La différence de prix ne doit pas être trop élevée - souligne Ancarani de Coop Italia - et il n'est certainement pas question de faire un pas en arrière sur le bio. Surtout si nous considérons notre politique de marque avec notre ligne bio Vivi Verde comme une marque à part entière, très forte et dans laquelle nous allons continuer à investir ». De même, pour Massimo Silvestrini de Carrefour, la voie de développement du bio se poursuit en ligne avec le projet transnational Food Transition pact. Ce projet, actif depuis 2018, vise à promouvoir un changement de style alimentaire vers une consommation consciente et des modèles de production plus durables.

« Nous sommes clairement dans une période difficile », a souligné Claudio Scalise, responsable du projet SG et modérateur de l'atelier It's Bio, « Mais en ce moment la Distribution Moderne a une grande tâche et une grande opportunité. Le potentiel du bio est énorme et encore inexprimé. En réalité, les politiques actuelles des chaînes ont tendance à rationaliser les assortiments, en ne conservant que les références les plus vendues. Pour une catégorie comme le bio, une politique de valorisation de l'offre avec des assortiments plus larges, avec une plus grande visibilité et une communication plus soignée, permettrait non seulement d'obtenir de meilleurs retours en termes de ventes, mais contribuerait également à un positionnement stratégique plus distinctif pour l'enseigne elle-même. »

Le marché européen, selon les prévisions internationales les plus récentes, est destiné à connaître une croissance organique, d'ici 2026, en termes de marché de 8 %. Même si les contingences actuelles liées aux coûts de l'énergie et à la guerre en Ukraine freinent en partie le développement, l'exportation italienne de produits bio a enregistré une croissance de + 16 % en 2021. De plus, la dépense européenne moyenne en produits biologiques est de 100 € par habitant et par an avec des pics de 300 € pour les grands dépensiers comme l'Allemagne, le Danemark, la France et le Benelux (Sources Eurostat et al).

Le potentiel de croissance est donc élevé, mais il est nécessaire d'avoir un bon positionnement des produits bio, un large choix et une communication adéquate sur les valeurs que la méthode biologique met en place.


Pour plus d'informations :
aopgruppoviva.it


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)