Marché mondial : l'oignon

Les volumes d'oignons sont en baisse cet hiver dans de nombreux pays, avec une diminution allant jusqu'à 40 % en Espagne, et des pertes moins importantes mais néanmoins notables en Allemagne, en France et aux États-Unis, entre autres. Les gros calibres sont particulièrement difficiles à trouver. Ce manque d'offre a fait grimper les prix sur une grande partie du marché mondial. Cela pourrait être une bonne nouvelle pour les producteurs, qui sont également confrontés à des coûts de production plus élevés. Reste à voir si les consommateurs seront prêts à payer ces prix, bien que la demande semble se maintenir pour le moment.

Pays-Bas : tous les regards se tournent vers la seconde moitié de la saison
« C'est une année controversée », déclare un exportateur néerlandais à propos du marché de l'oignon. « La demande est toujours à la traîne à cette période par rapport aux années précédentes. C'est particulièrement évident sur le marché asiatique. Alors que les années précédentes, nous étions en mesure de vendre d'importants volumes aux Philippines, entre autres, nous sommes maintenant trop fermes sur le prix pour concurrencer les oignons chinois. » Tout ceci illustre également cette année le rôle de l'oignon néerlandais sur le marché mondial, à savoir celui de bouche-trou. Tant que les récoltes locales seront suffisantes, les exportations néerlandaises resteront trop chères pour combler les vides. Tous les regards sont donc tournés vers la seconde moitié de la saison. Alors que les années précédentes, le passage à la période d'affluence ne se produisait qu'après le tournant de l'année, le négociant s'attend à ce que la période d'affluence augmente plus tôt en raison d'une demande plus élevée principalement en provenance d'Europe du Sud et de l'Est. « Vous remarquez que la plupart des problèmes de rendement ont eu lieu dans ces régions ». 

Allemagne : la sécheresse affecte les volumes et la qualité
En raison d'un manque de précipitations et d'une sécheresse persistante, la récolte d'oignons allemande est assez décevante cette année, indique une grande coopération. « Nous avons déjà reçu de bonnes demandes de gros calibres en provenance d'Europe de l'Est, mais nous n'avons malheureusement pas été en mesure de les satisfaire. Par conséquent, nous nous concentrons désormais sur l'approvisionnement du marché intérieur. »

Les conditions climatiques de cette année ont également entraîné une baisse de la qualité des oignons jaunes. « Après des semaines de sécheresse, il a commencé à pleuvoir lors de la récolte, c'est pourquoi nous avons dû reporter celle-ci. En raison des petits calibres et des problèmes de qualité, il y aura beaucoup moins de produits stockables cette année. Jusqu'en février-mars, nous serons probablement en mesure de remplir les programmes de vente au détail dans les catégories 40-60/35-55, mais à partir d'avril, les marchandises seront rares. »

Autriche : bonne situation à l'exportation
Le marché autrichien de l'oignon est dans une situation stable. Une offre suffisante rencontre une conjoncture de vente satisfaisante. Les exportations, en particulier, se portent très bien. Les ventes intérieures sont calmes mais régulières, comme d'habitude pour la saison. Le niveau des prix de la semaine précédente s'est globalement maintenu. En début de semaine, les prix des oignons, nettoyés et triés en caissettes, étaient encore majoritairement de 30 à 35 euros les 100 kg, selon le calibre et la qualité.

France : ventes retardées par la météo estivale
Un déficit marqué pour la récolte sur l'ensemble du territoire français peut être observé actuellement. Les gros et très gros calibres sont particulièrement touchés, avec un déficit de 15 à 20 %. En ce qui concerne les ventes, celles-ci suivent la météo. Le temps estival temporise les ventes d'oignons sans pour autant bloquer la consommation, aussi bien pour les oignons jaunes que rouges. Les prix restent élevés par rapport aux campagnes précédentes en raison de différents facteurs tels que les coûts énergétiques, l'emballage et le transport.

Italie : le manque de produit pousse les prix à la hausse
Selon un important négociant d'oignons du nord de l'Italie, les ventes sont normales en termes de quantité, mais les prix restent assez élevés. Ces derniers jours, la Borsa Merci Bologna a établi une fourchette de 0,55 à 0,73 €/kg pour les oignons emballés en sacs de 5 ou 10 kg, selon le type d'oignon. Les prix seraient très élevés dans le cas d'une année normale, mais en raison des coûts de production, ils sont suffisants pour rembourser le producteur et l'emballeur. Le commerçant affirme que les détaillants n'ont pas encore suffisamment réalisé qu'à partir de mars, la disponibilité des oignons italiens sera très faible. Des offres d'oignons arrivent déjà d'Allemagne à des prix d'environ 0,42-0,45 €/kg.

Cette année, la saison des oignons de niche dans les zones intérieures de la Sicile s'est terminée la première semaine de septembre. C'était une année très inhabituelle en raison de la sécheresse, qui était loin d'être satisfaisante. « Nous avons été sans précipitations de décembre à mai », s'est plaint un producteur. « Les transplantations, qui ont eu lieu en janvier, nous ont obligés à irriguer dès les premiers jours après la plantation, avec un grand effort sur le plan économique en raison du coût de l'énergie pour pomper l'eau d'irrigation. La croissance de notre « Cipolla Paglina di Castrofilippo » a été pénalisée en termes de taille, malgré les interventions d'irrigation en urgence. En effet, lors d'une saison normale, le calibre varie de 1 à 2 kg par oignon individuel. Cette année, seuls 20 % ont atteint un calibre proche de 1 kg, 40 % un calibre compris entre 300 et 400 grammes et les 40 % restants un calibre de 50 grammes. Il s'agit d'une perte énorme qui a fait grimper en flèche le prix à la production, qui atteint 1 €/kg en moyenne, alors qu'il se vend normalement entre 0,40 et 0,50 €/kg. »

Plus de 19 millions de ménages italiens achètent des oignons au moins une fois par an. Les oignons jaunes ont la part la plus importante, atteignant presque 36 % ; les oignons rouges arrivent en deuxième position, dépassant 26 % ; les oignons blancs dépassent 21 %. Ils sont ensuite suivis dans l'ordre par : les poireaux, les oignons Borretana et les échalotes. Les oignons sont vendus soit au poids variable (en vrac), soit au poids imposé (en filet). Les canaux d'achat privilégiés sont les supermarchés. En ce qui concerne les produits biologiques, les oignons à poids variable sont achetés à ce jour par environ 2,2 millions de ménages italiens, soit une baisse de plus de 13 % par rapport à la dernière année.

Espagne : bons prix, mais jusqu'à 40 % d'oignons en moins
Les oignons espagnols se vendent à un bon rythme et avec de bons prix depuis le début de la saison.

La campagne d'oignons 2022/2023 est jusqu'à présent très différente de la précédente, qui était vraiment catastrophique. La demande est stable et la baisse d'environ 40 % de la production d'oignons en Espagne, ainsi que dans le reste de l'Europe, a entraîné une hausse des prix. Contrairement à la saison dernière, où les prix moyens se situaient entre 8 et 10 centimes d'euro par kilo, cette année les oignons de gros calibre coûtent entre 35 et 37 centimes d'euro par kilo, tandis que les calibres moyens coûtent entre 25 et 30 centimes d'euro par kilo.

L'année dernière, les prix ne permettaient pas aux producteurs de couvrir les coûts de production, mais cette année, cela a été jusqu'à présent réalisable. En un an seulement, le coût de production d'un kilo d'oignons est passé à 25 centimes. Les gros calibres sont les plus demandés, car ils sont les plus rares en Europe. En effet, il va être très difficile de trouver des calibres entre 60 et 80.

La récolte de l'oignon Grano de Oro, celui qui possède la plus longue durée de conservation, vient de se terminer. Bien que les pluies de mars et d'avril aient empêché de semer l'oignon à la période habituelle en Castille-La Manche (principale région productrice d'Espagne), le temps sec et l'abondant ensoleillement qui ont suivi ont non seulement avancé la fin de la récolte, mais ont également eu une influence très positive sur la qualité de conservation des oignons, ainsi que sur les calibres et les rendements.

Les superficies, les rendements et les calibres ont été réduits dans toutes les régions productrices d'Europe. Le retrait de l'Ukraine du marché en raison de la guerre a également eu un impact notable, entraînant une offre d'oignons inférieure à la normale. Ces dernières années, les superficies consacrées à la culture de l'oignon en Ukraine avaient connu une expansion importante, dépassant même celles de l'Espagne, si bien que son absence sur le marché est fortement ressentie. Ses oignons avaient l'habitude d'approvisionner les marchés d'Europe de l'Est et d’Asie. La qualité de leur peau et leur saveur étaient bonnes. Parallèlement, la production de la Roumanie continue d'augmenter.

35-40 % des ventes d'oignons frais espagnols sont destinées au marché intérieur et environ 30 % sont exportés, notamment vers le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France, le Portugal, l'Italie et le Maroc, entre autres destinations. Le reste est destiné à l'industrie de transformation.

Afrique du Sud : les prix atteignent un niveau record
La saison des oignons est intéressante pour l'Afrique du Sud. Les prix atteignent des niveaux record, jusqu'à trois fois supérieurs à ceux de l'année dernière : environ 10 R par kilogramme, en raison de la réduction considérable du nombre d'oignons plantés.

L'année dernière, la saison des oignons a été difficile, avec des prix faibles. Tous les coûts des intrants (engrais, carburant, main-d'œuvre, transport et emballage) ont fortement augmenté, sans compter les contraintes hydriques et la pression exercée par les maladies dans certaines régions. Dans certaines régions, on a planté 20 à 30 % d'oignons en moins. Les volumes sur le marché ont donc diminué de moitié.

Le marché est actuellement en transition des oignons cultivés dans la province de Limpopo vers le Cap Nord et l'ouest de l'État libre.

On s'attend à ce que les prix de l'oignon restent élevés jusqu'à Noël, qui est habituellement l'une des périodes de vente d'oignons les plus fortes de l'année.

Inde : prix et ventes en baisse pour les oignons indiens
Actuellement, le prix de référence de l'oignon à Lasalgaon, dans le Maharashtra, est de 1 220 roupies pour 100 kg, soit une baisse de 20 % par rapport à l'année dernière. Cela est bien inférieur à la moyenne saisonnière des trois dernières années, qui est de 2 354 roupies pour 100 kg. L'oignon Rabi récolté entre avril et juin représente environ 65 % de la production d'oignons du pays et répond à la demande des consommateurs jusqu'à ce que la campagne kharif (hiver) commence en octobre-novembre. Les oignons récoltés pendant la campagne kharif ne sont pas stockés en raison de leur taux d'humidité plus élevé. Ils entrent donc directement sur le marché. Les prix de l'oignon ne présentent pas de flambée brutale en octobre ou novembre comme c'était le cas il y a quelques années, car la production a augmenté ainsi que les infrastructures de stockage.

Amérique du Nord : la baisse de l'offre et la hausse de la demande devraient se poursuivre
L'offre d'oignons pour 2022-2023 semble plus limitée que l'année dernière à la même époque. « Nous avons des exploitations dans l'État de Washington où notre récolte est plus légère cette année. Il y a eu des problèmes météorologiques pendant la période de croissance et de récolte dans la région de Washington et cela a affecté les rendements », explique un expéditeur. « Nous prévoyons de terminer notre saison d'ici la fin janvier, soit environ un mois plus tôt que d'habitude. »

Outre l'État de Washington, l'autre grande région productrice est l'Idaho-Oregon. D'autres régions sont également en train de livrer, notamment le Michigan, l'État de New York et le Canada.

Parallèlement, l'expéditeur note que les oignons doux arrivent également du Pérou. « Nous nous attendons à avoir des approvisionnements réguliers pendant les vacances et jusqu'à la saison de printemps de l'oignon mexicain », dit-il. « La qualité est très bonne et la composante logistique, qui était un grand défi l'année dernière, s'est améliorée cette année. Du point de vue de l'offre d'oignons, nous sommes optimistes quant à une période de vente favorable. » La saison de l'oignon doux péruvien commence en juillet et se termine en février.

En ce qui concerne la demande, l'expéditeur affirme que cette année, elle a dépassé l'offre. « La demande de produits de base comme les pommes de terre et les oignons a été forte », dit-il. « Les marchés l'ont reflété. Ils sont plus élevés que la moyenne tout au long de l’année. Avec les problèmes qui se posent dans le Nord-Ouest, je m'attends à ce que l'offre soit inférieure à la moyenne et la demande supérieure à la moyenne pour le reste de l'année. »

La fin prématurée de la saison à Washington ne signifie cependant pas nécessairement une baisse de l'offre. « Maintenant que le rapport sur l'offre est publié et que les stocks sont moins importants, la plupart des producteurs-expéditeurs vont commencer à répartir leurs produits et auront moins de disponibilités sur le marché au comptant ou libre. Cela ne créera pas d'écart, mais maintiendra les prix à un niveau élevé. Cela pourrait entraîner une nouvelle hausse des prix lors de la saison des cébettes », explique-t-il.

Il note que le prix des oignons à la fin de l'été a atteint environ 20 $/sac, un chiffre considéré comme record. « Le prix s'est stabilisé à 14/15 $/sac et je m'attends à ce qu'il reste stable jusqu'au printemps », dit-il.

Pérou : la Colombie devient la deuxième destination principale des oignons péruviens, supplantant l'Espagne
Dans la dernière enquête nationale sur les intentions de plantation (ENIS), il était déjà prévu que pour la campagne agricole 2022-2023, les surfaces plantées en oignons soient réduites de 5,8 % au Pérou. Selon l'ENIS, c'est sur cette culture, ainsi que sur celles de la pomme de terre, du riz et de la carotte, dont l'intention de semis est plus faible, que la distribution en urée serait prioritaire, ce qui devrait contribuer à équilibrer les surfaces semées et donc à réduire l'impact. À cet égard, le ministère du Développement agricole et de l'Irrigation (Midagri), par le biais du Programme de développement productif agricole rural (Agro Rural), a finalement annoncé l'attribution de l'achat international d'urée azotée, qui arrivera dans le pays en décembre ; ce qui est « trop tard », comme l'ont souligné différentes personnes du secteur.

Les chiffres des exportations de cette denrée, dont le faible prix unitaire rend plus difficile encore la gestion de l'augmentation des coûts logistiques, reflètent déjà la complexité de ce nouveau scénario dans lequel, comme un exportateur en était venu à le dire, « le fret des oignons coûterait plus cher que le produit lui-même. » Les exportations péruviennes d'oignons ont connu un revers dans leurs expéditions, qui entre janvier et août ont totalisé 41,9 millions de dollars FOB, montrant une baisse de 4,4 % en valeur par rapport à la même période de l'année dernière, selon les chiffres partagés par Sunat, en cassant la tendance de croissance continue que les expéditions suivent depuis 2017.

En outre, les coûts logistiques élevés ont conduit à la priorisation des destinations les plus proches pour le produit péruvien. Cela reflète les statistiques d'exportation disponibles à cette date et partagées par un important cabinet de conseil péruvien.

Les États-Unis restent la principale destination des exportations d'oignons du Pérou avec une part de 65 % du prix FOB. Cependant, au cours des premiers mois de l'année, la Colombie (qui partage une frontière avec le pays) a augmenté ses achats d'oignons péruviens jusqu'à occuper la deuxième position avec une participation à hauteur de 19 %, supplantant l'Espagne, qui recule d'une position dans le classement des principales destinations du légume péruvien avec une participation de 11 %. À la fin de l'année dernière, rappelons-le, les exportations vers l'Espagne représentaient 21 % de la valeur FOB, tandis que les exportations colombiennes ne représentaient que 10 %.

Océanie : saison normale pour les oignons australiens, la Nouvelle-Zélande ressent toujours les effets de la pandémie
Les oignons australiens devraient retrouver leur plein niveau de production cette saison. Une représentante d'un organisme industriel a noté que la superficie consacrée aux oignons en Australie est assez stable et que le nombre d'hectares plantés cette saison était similaire à celui de l'année dernière. Elle a déclaré : « le Queensland a été frappé par un temps humide juste après les semis, ce qui a causé quelques problèmes. Cependant, le reste du pays devrait connaître une saison normale. Le Queensland sera opérationnel dans environ 4 à 6 semaines avec des produits frais. Les marchés se présentent très bien à ce stade. » L'organisme de pointe de l'industrie ne s'attend pas à des problèmes de qualité de stockage à ce stade.

En Nouvelle-Zélande, selon les chiffres les plus récents, la valeur des exportations d'oignons pour l'année se terminant le 30 juin 2021 était de 145 millions de dollars, dont 56 % étaient destinés à deux marchés : l'Europe continentale (49 millions de dollars) et l'Indonésie (33 millions de dollars). Il s'agit d'une légère baisse de 148 millions de dollars. Les répercussions de la COVID-19 ont affecté l'ensemble du secteur de l'horticulture en raison du manque de main-d'œuvre, de la perturbation des chaînes d'approvisionnement et de la perturbation des services alimentaires. Cependant, le volume a légèrement augmenté par rapport à 2020, passant de 190 169 tonnes à 208 133 tonnes. Les trois zones municipales les plus importantes pour la culture des oignons en Nouvelle-Zélande sont Auckland, Waikato et Canterbury.

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de l'avocat !

 


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)