Marché mondial : l'avocat

L'avocat exotique est de plus en plus présent sur les étals et dans les régimes alimentaires de nombreux pays. Sa popularité n'a cessé de croître au fil des ans. Les avocats cultivés localement ont suscité un intérêt particulier dans des pays européens comme l'Italie et l'Espagne. Cette année, toutefois, de nombreux pays producteurs sont confrontés à des problèmes dus à des conditions météorologiques défavorables ; en Espagne, certaines régions subissent des pertes allant jusqu'à 60 %. En Afrique du Sud, la saison a été qualifiée d'« incroyablement mauvaise » par les producteurs, en raison des effets de la guerre en Ukraine, de la réduction des exportations vers la Russie et de l'augmentation des coûts de production et d'expédition qui continuent de peser sur le secteur. Ceux d'autres pays comme la Belgique et l'Espagne craignent que l'augmentation des coûts due à ces problèmes ne dissuade les consommateurs d'acheter ce produit exotique. Les perspectives aux États-Unis et en Australie, cependant, sont beaucoup plus favorables : l'Australie a connu une augmentation de 56 % de la production et une augmentation stupéfiante de 268 % des exportations au cours de l'année dernière, tandis qu'aux États-Unis, la consommation d'avocats ne semble pas être affectée par la fluctuation des prix, du moins pour l'instant.



Pays-Bas : Les importateurs doivent se tourner plus rapidement vers les pays méditerranéens
« Il y a encore beaucoup de potentiel de croissance dans les avocats, mais nous ne devons pas supposer que cela va se produire automatiquement », note un importateur. La fin de la saison péruvienne signifie qu'il y a peu de grands formats disponibles sur le marché pour le moment. Mais il y a plus qu'assez de petits calibres, car le Chili et la Colombie connaissent une rupture de calibre similaire. Les pays méditerranéens connaissent une année creuse, de sorte que le printemps 2023 pourrait être un autre marché de prix fermes. Bien que cela dépende en partie de ce que feront la Colombie et le Chili. En raison de la vigueur du marché local, le Chili a cessé d'exporter vers l'Europe plus tôt pendant deux années consécutives. Par conséquent, en tant qu'importateurs, nous devons nous tourner plus rapidement vers les pays méditerranéens. Et comme nous le savons avec les avocats, s'approvisionner près de chez soi n'est pas nécessairement la solution la moins chère », note un importateur. La Colombie a le potentiel, en tant qu'origine étrangère, de maintenir le marché des prix « calme » dans les premiers mois de l'année jusqu'à ce que le Pérou soit de retour sur le marché. »

Belgique : une demande incertaine
Pour l'instant, les avocats arrivent en Belgique en provenance de différentes parties du monde, si bien que les volumes ne sont encore guère à déplorer, indique un négociant. « Les volumes sont généralement présents, mais tout n'est pas de la même qualité. Certains pays producteurs ont eu des problèmes de récolte. Les fruits de Colombie, par exemple, sont un peu plus petits. En Espagne, la sécheresse a affecté les avocats. En revanche, les produits d'Afrique sont stables, même si la qualité est parfois discutable. Quant au Mexique, la production bat son plein. Les avocats sont bons et, en termes de volume, la récolte est également beaucoup plus importante que l'année dernière. »

Du côté de la demande, en revanche, la situation est un peu plus incertaine. « L'avocat est un produit bien établi de nos jours, il va donc se maintenir pour l'instant. Pour beaucoup, il semble désormais faire partie intégrante du régime alimentaire. Cependant, avec l'inflation et les prix actuels, nous devrons attendre et voir si cela se poursuivra pendant l'hiver. Les produits exotiques, que les avocats demeurent malgré tout, seront alors les premiers à être abandonnés par la majorité des consommateurs. De plus, l'augmentation des coûts, tous produits confondus, fait aussi que les prix en rayon n'invitent pas forcément les consommateurs à acheter plus d'avocats. »

France : un marché dynamique
Si le marché de l'avocat est un marché très variable, il est actuellement plutôt dynamique en France. La saison des avocats du Pérou arrive à son terme et va laisser un manque sur le marché alors que le Maroc et l'Espagne vont commencer leurs expéditions. Selon un importateur, « les ventes se déroulent bien du fait d'une bonne demande. »

Italie : intérêt croissant pour les avocats cultivés en Italie
La saison des avocats Hass péruviens étant terminée, le marché italien est sur le point de se tourner vers d'autres origines. Un grossiste du nord de l'Italie a déclaré : « la saison des avocats Hass péruviens, qui dominait jusqu'à il y a une semaine, avec des prix de 10-11 euros, est terminée. On attend maintenant des volumes de la variété Hass du Maroc, d'Israël, d'Espagne et du Mexique. Une augmentation des prix d'au moins 20 % est prévue pour la variété Hass, dont les volumes sont toutefois en baisse. Cette situation relance l'intérêt pour les avocats à peau verte : variétés Pinkerton du Kenya, ou Zutano et Ettinger d'Israël. Paradoxalement, les avocats à peau verte ont été plus chers que la variété Hass pendant des mois, mais ils semblent à nouveau être moins chers. » En ce qui concerne les avocats à peau verte d'Espagne, le grossiste a été informé qu'il y aura une pénurie de produit, en raison de conditions météorologiques défavorables. Les fruits ne seront pas faciles à commercialiser.

En Sicile, les avocats Bacon sont en cours de récolte tandis que la récolte des avocats Hass devrait être plus tardive que l'année dernière. « Les conditions météorologiques ont été favorables tant au printemps qu'en été. En raison de l'absence de chute entre août et septembre, on s'attend à un rendement important pour la variété Hass, mais la taille des fruits sera plus petite que les années précédentes », indique-t-on dans une coopérative de producteurs. Malgré l'intérêt fort et croissant pour l'avocat italien (surtout de la part des détaillants, avec lesquels des accords commerciaux sont en train d'être conclus), ce qui effraie les producteurs, c'est la situation économique actuelle, qui génère des incertitudes.

Au cours de l'année se terminant en août 2022, plus de 6 800 ménages italiens ont acheté des avocats au moins une fois (26 %). Le fruit peut être acheté en poids fixe, c'est-à-dire emballé, mais la préférence va au poids variable (plus de 5,3 millions de ménages). Le canal préféré pour l'achat d'avocats est le supermarché (14 %) mais les magasins discount progressent : en l'espace de 24 mois, ils sont passés de près de 6 % à plus de 10 %.

Espagne : des récoltes inférieures de 25 à 30 % à celles de l'année dernière
Les avocats de la variété Bacon sont actuellement récoltés en Espagne à des prix allant de 1,70 à 1,90 euro le kilo, de même que les premiers Fuerte, deux avocats à peau lisse. Certains petits producteurs ont également commencé à cueillir prématurément les premiers avocats Hass, encouragés par les bons prix du moment (2,50 à 2,90 euros le kilo dans les champs), mais l'équilibre entre la matière sèche et les niveaux d'huile révèle qu'ils ne sont pas encore mûrs. Le secteur met en garde contre les conséquences que cela pourrait avoir sur la consommation. La récolte des avocats Hass espagnols commencera alors entre les semaines 48 et 49 avec des volumes plus conséquents.

L'Espagne s'attend à une récolte inférieure d'environ 25 à 30 % à celle de l'année dernière, bien qu'à Velez-Málaga, l'une des zones de production les plus importantes du pays, la baisse de la production pourrait dépasser 60 %. Étant donné qu'il y a moins d'avocats sur les arbres, la perspective serait qu'il y ait une abondance de gros calibres. Dès que le Pérou aura terminé sa saison, les prix sur les marchés européens auront atteint au moins 4 euros par boîte et la disponibilité des gros calibres sera moindre. Les marchés européens sont maintenant desservis principalement par le Mexique, qui se concentre davantage sur le marché américain, le Chili, dont la production est faible cette année en raison de la sécheresse, et la Colombie, qui n'a pas une grande disponibilité pour le moment. Parallèlement, le Maroc commence également à récolter avec des volumes plus faibles. L'offre en Europe n'est pas très importante avec principalement des calibres 12-14 petits et moyens. Par conséquent, les marchés européens n'auront pas de gros volumes jusqu'à la semaine 48, lorsque davantage d'origines s'affronteront sur les marchés, y compris l'Espagne. Les producteurs espagnols demanderont des prix plus élevés en raison de la baisse de la récolte, alors que les producteurs et les conditionneurs sont confrontés à une augmentation de 35 % des coûts en un an. Cependant, les détaillants hésitent à augmenter les prix dans les rayons, craignant une stagnation de la consommation.

Afrique du Sud : « une saison extrêmement mauvaise » pour les avocats
La saison sud-africaine des avocats touche à sa fin. Il s'agit d'une saison compliquée au départ par le déclenchement de la guerre en Ukraine et la réduction des exportations d'avocats vers la Russie, un important destinataire des avocats à peau verte non envoyés sur les marchés Hass.

Cette année, une partie de ces peaux vertes destinées à la Russie et à l'Europe de l'Est a été envoyée sur des marchés non traditionnels, ce qui a exercé une pression sur les prix des Hass. De plus, la saison s'est ouverte avec un marché européen saturé grâce aux importantes récoltes espagnoles et israéliennes, auxquelles s'ajoutent les volumes du Pérou qui coïncident avec ceux de l'Afrique du Sud. L'Europe a reçu le double de sa quantité habituelle d'avocats. Il faut espérer qu'il s'agit d'une anomalie.

Les coûts de production et d'expédition ont augmenté à tel point que les rendements sont bien inférieurs, même si les prix de vente restent inchangés.

La région tardive du KwaZulu-Natal laissait normalement ses fruits pendre, en attendant une période d'entrée favorable. Cette année, certains producteurs ont dû laisser leurs fruits pendre pendant six semaines, soit deux mois de plus que d'habitude, avant la récolte.

Puis, il y a eu la grève des travailleurs portuaires. Les conteneurs sont restés en attente, si bien que certains d'entre eux ont été détournés ou réimportés pour éviter les problèmes de qualité.

Pour les producteurs d'avocats tardifs, la période d'exportation a été plus courte qu'ils ne l'auraient souhaité. Depuis le début de la saison des avocats de février jusqu'à aujourd'hui, les producteurs ont parlé des difficultés rencontrées au cours de cette campagne. Début mars déjà, un producteur d'avocats a qualifié cette saison d'« extrêmement mauvaise. »

Une récolte d'exportation d'environ 15,5 millions de cartons de 4 kg a été évoquée ; le chiffre définitif n'a pas encore été communiqué. La grêle de décembre dernier a réduit la récolte. Localement, les avocats de classe 1 se vendent en moyenne 18,50 R/kg (un peu plus d'un euro par kg). Le prix intérieur s'est renforcé au cours des dernières semaines.

L'Europe reste le plus grand récepteur d'avocats sud-africains, mais des négociations pour ouvrir d'autres marchés, parmi lesquels le Japon, l'Inde, la Chine et les États-Unis, sont en cours.

Amérique du Nord : La demande reste forte et stable
L'offre d'avocats provient actuellement de plusieurs régions (Mexique, Chili, Colombie et République dominicaine). Un expéditeur note toutefois que l'année dernière à la même époque, l'offre du Mexique était légèrement plus prépondérante.

« Cette année, le Pérou a eu une campagne incroyable. La récolte mexicaine de la saison dernière est arrivée soudainement à bout de souffle, alors qu'il restait encore un peu de temps à tirer ; c'est alors que le Pérou est entré en scène », dit-il, notant que la Californie avait également fourni des produits à ce moment-là. « Le Pérou a très bien comblé ce vide et est resté présent. On trouve encore des fruits péruviens sur le marché, même s'il y en a très peu sur les eaux. »

Cet événement a, pour sa part, ouvert la possibilité à la fois au commerce de détail et à la restauration de se couvrir contre le Mexique, ce qui se poursuit actuellement. « Normalement, cette période est à 100 % mexicaine », dit-il. « En ce qui concerne les stocks, le Mexique oscille autour de 90 % avec une récolte allant de normale à importante. » C'est une sacrée différence par rapport à ce que les producteurs et les expéditeurs ont dû affronter l'année dernière. « C'est à ce moment-là que nous avons eu une récolte plus difficile. Il y avait beaucoup de fruits à l'époque, mais c'était beaucoup plus complexe pour trouver les calibres et la qualité adéquates. Cette année, il n'y a aucun problème », dit-il.

Quant à la demande, l'expéditeur note qu'elle est assez stable. Même si les prix ont grimpé tout au long de la seconde moitié de la saison mexicaine plus tôt dans l'année (particulièrement en mai et juin), la demande s'est maintenue. Un facteur potentiel pourrait être la COVID, dans la mesure où les consommateurs recherchaient des aliments sains, ce qui explique que les avocats soient devenus un article essentiel journalier ou hebdomadaire pour un segment des consommateurs. « À un moment donné, les prix étaient le double de ce qu'ils étaient l'année précédente. La consommation a diminué d'environ 15 %. Il y avait certainement un certain degré d'inélasticité à l'œuvre », indique-t-il.

À l'heure actuelle, cependant, les consommateurs se concentrent de plus en plus sur les produits saisonniers, souvent liés à Thanksgiving. « Si l'on baisse le prix des avocats, que va-t-il se passer ? Les gens pensent à Thanksgiving et il n'y a rien pour attirer leur attention sur les avocats », dit-il. Il ajoute qu'en moyenne, le prix des avocats a baissé mais que les prix au détail quotidiens sont restés relativement élevés. « Le côté positif de la demande inélastique est que même si le prix augmente, vous continuez à vendre. Mais lorsque le prix baisse, vous ne vendez pas beaucoup plus. »

Le délai d'approvisionnement est également un facteur à prendre en compte. L'expéditeur note que des associations telles que Avocados from Mexico se sont efforcées de promouvoir la fiabilité, la promotabilité et la stabilité générale des avocats mexicains. « Cela dit, il faudra attendre 30 ou même 60 jours avant de voir une véritable campagne agressive de promotion, de réduction des prix en rayon, etc. »

À l'avenir, il s'attend à ce que le produit gagne en popularité. « À l'approche du mois de novembre, et plus particulièrement après Thanksgiving, les avocats représentent une opportunité promotionnelle qui pourrait être très rentable et qui est certainement digne d'un budget », dit-il. « Mais si le changement de vitesse ne compense pas le changement de prix, quelle est la motivation ? C'est ce à quoi tout le monde est confronté en ce moment. »

Australie : les exportations augmentent de 268 % en 2021/22, la production de 56 %
L'Australie a connu un pic de production massif au cours des deux derniers mois, selon le principal organisme du secteur. Avocados Australia a récemment publié son rapport annuel Facts at a Glance pour l'exercice 2021/22, montrant que la nation a produit un peu plus de 122 197 tonnes d'avocats, soit 56 % de plus que l'année précédente. La valeur brute de la production (VBP) des avocats australiens a été estimée à 403 millions de dollars. Le Queensland continue de produire la majorité des avocats australiens, avec 48 % de la production. L'Australie occidentale arrive en deuxième position avec 39 % de la production. En Australie, les avocats sont produits toute l'année en raison de la diversité des climats et des conditions dans les huit principales régions productrices d'avocats du pays, tandis que la consommation intérieure en 2021/22 était de 4,76 kg par personne. En 2021/22, l'Australie a exporté 11 626 tonnes, ce qui représente une augmentation de 268 % par rapport à l'exercice précédent, et 9,5 % du total de 122 197 tonnes produites en Australie.

Parallèlement, l'industrie australienne de l'avocat devrait également augmenter ses exportations vers le Japon cette année, en projetant d'augmenter son volume d'exportation d'une année sur l'autre. L'industrie australienne de l'avocat a investi dans une campagne de marketing destinée à promouvoir les avocats australiens auprès des acheteurs japonais. La campagne a débuté à la mi-septembre et se poursuivra jusqu'en novembre. Elle comprendra du marketing social et des promotions en magasin. Selon un représentant de l'industrie : « Le Japon est le plus grand marché d'avocats de l’Asie. Il présente un fort potentiel de croissance pour nous. Les avocats australiens ont été très bien accueillis au Japon l'année dernière et nos exportateurs ont fait des progrès substantiels dans le développement de partenariats avec les importateurs japonais. Malgré une récolte moins abondante en Australie occidentale cette année, nous prévoyons une multiplication par trois de la quantité d'avocats exportés vers le Japon. Nous nous attendons à ce que l'année prochaine le chiffre soit encore plus important. Tout cela fait partie d'une stratégie à long terme visant à accroître nos exportations et à soutenir l'industrie australienne de l'avocat. »

La semaine prochaine : Aperçu du marché mondial de la mangue !


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)