Fabián Peñate, directeur général de la SAT Costa Caleta :

« La récupération de la part de marché perdue au profit des bananes ne sera possible que sur la base du prix »

Il y a eu une période de grande complexité causée par l'éruption du volcan Cumbre Vieja à La Palma. À cette époque en 2021, l'IGN rapportait plus de 200 tremblements de terre par jour sur l'île tandis que les émissions de matériaux pyroclastiques dépassaient 10 millions de mètres cubes. L'approvisionnement en bananes des îles Canaries a été fortement impacté. Mais, l'ensemble du secteur de l'archipel se bat pour continuer à fournir le fruit phare des îles au marché continental.

« Actuellement, nous exportons en moyenne 1 million de kilos par semaine de moins que les niveaux d'avant le volcan. Ce n'est qu'à la fin de l'année prochaine que nous aurons récupéré une partie de la production perdue », explique Fabián Peñate. « La SAT Costa Caleta ne l'a pas fait, mais nos partenaires de l'OPP Plataneros de Canarias ont été durement touchés par le volcan. Il faut savoir que 35 % de la production canarienne de bananes est située à La Palma, donc cette année le secteur a été affecté par une baisse significative des kilos, mais grâce aux récoltes de Tenerife et de Gran Canaria, les expéditions hebdomadaires des Canaries sont actuellement acceptables pour approvisionner le marché national. » 

La reprise de la production est destinée à remplir le quota qui, pendant les mois de faible offre de bananes canariennes et, par conséquent, de prix élevés, a été couvert par des bananes importées. « Nous avons déjà passé 3-4 semaines à ajuster les prix aux Canaries car c'est une réalité : il est difficile de vendre le fruit », explique Fabián, « Ce qui manque maintenant, c'est que cet ajustement se reflète tout au long de la chaîne commerciale dans les prix de détail des supermarchés. » 

« Malheureusement, nous sommes en concurrence avec un produit, la banane, qui n'a pas les mêmes conditions partout. En effet, nous vendons un produit qui nous coûte beaucoup d'argent à produire, et concourir pour récupérer cette part de marché, pour le moment, ce ne sera possible que sur la base du prix ; toujours faire comprendre aux supermarchés que lorsqu'ils vendent une banane canarienne, ils vendent un produit garanti. » 

« Il ne faut pas oublier que nous sommes producteurs d'un fruit IGP, avec une empreinte carbone réduite et que nous respectons toutes les garanties sanitaires exigées en Europe. Nous faisons un grand effort pour ajuster nos prix de vente afin de rendre le produit plus abordable pour les consommateurs, même en tenant compte de la situation d'approvisionnement que nous traversons, qui a augmenté les coûts de production de 40 %. Même si ce soutien à la consommation doit aussi venir des supermarchés eux-mêmes, souligne Fabián (photo de droite).

« Les chaînes de distribution ont misé très fort sur la banane ces derniers mois, et c'est le contraire de ce dont la banane canarienne a besoin en ce moment. Nous avons besoin que les chaînes de distribution soutiennent la banane canarienne afin de pouvoir effectuer une reprise solide. » 

Le problème n'est pas la banane elle-même, mais les conditions inégales dans lesquelles elles se font concurrence sur le même marché continental, remarque Fabián Peñate. « Produite dans les mêmes conditions que la banane canarienne, son prix devrait être nettement plus élevé sur les étals et, en fait, il devrait être encore plus cher car il faudrait ajouter des frais de transport supplémentaires. » 

« La période de fin d'année est toujours compliquée mais avec le soutien des filières, nous pourrons mettre tous nos fruits sur le marché » 
L'année prochaine, Costa Caleta fêtera son 40e anniversaire. La Sociedad Agraria de Transformación de Gáldar, qui compte actuellement quelque 119 membres, a été fondée par celui qui en est le président depuis 1983, Don Félix Santiago, malheureusement décédé l'été dernier.

Costa Caleta produit, principalement à Gáldar et Santa María de Guía - mais aussi dans des communes comme Arucas, La Aldea, Santa Lucía et Mogán - entre 27 et 30 millions de kilos de bananes canariennes par an. Elle la commercialise sous ses marques Doramas, « une référence sur le marché national », Galdense et La Guancha, qui donne son nom à des productions spéciales, comme les bananes biologiques.

« La réalité est que nous nous attendons à ce que les prochains mois soient assez compliqués. La fin de l'année est plus difficile car la consommation de fruits varie. Mais avec le réajustement des prix, nous espérons pouvoir mettre sur le marché tous les fruits que nous produisons ». 

Pour plus d'informations : 
SAT Costa Caleta
C/ Lomo Guillén, 3
35459 Santa María de Guía, Gran Canaria
Las Palmas - Îles Canaries (Espagne)
Tél. : +34 928 888 307
info@costacaleta.com 
https://costacaleta.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)