Les prix des oranges sont actuellement élevés sur de nombreux marchés, et ce pour des raisons différentes selon les endroits. Cet agrume populaire est traditionnellement très demandé dans l'hémisphère nord pendant la saison hivernale en raison de ses bienfaits pour la santé, notamment sa teneur élevée en vitamine C. En raison des températures chaudes et des sécheresses dans les pays producteurs comme l'Espagne et l'Italie, par exemple, l'offre est actuellement insuffisante sur les marchés. Cela a entraîné une hausse des prix, en particulier en Europe. Les prix sont encore plus élevés en raison d'un manque de gros calibres, également dû à la chaleur de l'été. En Egypte, on observe une augmentation de l'offre et de la qualité des oranges. En Floride, aux États-Unis, les ouragans survenus au début de l'année n'ont pas réussi à freiner la saison, bien que l'offre puisse présenter quelques lacunes vers le printemps. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a cependant eu un effet certain sur le marché argentin, puisque les exportations de ce pays vers la Russie ont chuté de 69 % cette saison.

Pays-Bas : évolution positive du marché des oranges
La situation sur le marché des oranges peut être qualifiée de bonne en ce moment, indique un importateur néerlandais. « Le début a été un peu raide, mais la disparition des dernières oranges sud-africaines sur le marché ainsi que la météo plus froide ont influencé positivement le marché. Les prix se situent à un niveau compris entre 13 et 15 euros pour les gros calibres, mais les oranges de taille moyenne sont elles aussi bien payées, à 11-13 euros. L'offre n'est pas trop importante, ce qui fait grimper la demande. Les oranges égyptiennes ne sont pas encore sur le marché, mais je ne m'attends pas à ce que leurs prix soient bas cette saison. »

Un autre importateur confirme également la bonne demande d'oranges. « Les oranges sont en majorité des calibres moyens 60-70-80-90, les plus gros calibres sont encore très limités en disponibilité. Nous attendons les premières oranges Salustiana d'Espagne la semaine prochaine. Le marché devrait rester stable en provenance d'Espagne dans les semaines à venir. »

Allemagne : approvisionnement varié d'oranges sur le marché
Un grossiste rapporte qu'il y a actuellement certaines lacunes dans l'approvisionnement en oranges espagnoles. « Les disponibilités d'oranges de la variété principale saisonnière Navelina sont très faibles, surtout en calibres 1 et 2, soit les plus gros calibres. À partir du calibre 3, en revanche, les fruits sont disponibles en quantité suffisante. »

Parallèlement, les Valencia Late, Midknight et Delta Seedless sont restées disponibles depuis l'Afrique du Sud. Elles ont été achetées avant tout pour la production de jus. Leur présence était limitée. Les premières Washington Navel turques sont entrées sur le marché, mais elles ont peu attiré l'attention.

La Navelina italienne a eu un statut complémentaire, les fruits non traités coûtant entre 1,40 et 1,75 € par kg. Dans l'ensemble, le temps humide et froid a amélioré les possibilités de stockage à maintes reprises. Toutefois, cela a rarement eu un impact sur les valorisations. Au contraire, les vendeurs ont le plus souvent été capables de confirmer leurs demandes antérieures. Les premières Cara Cara espagnoles sont attendues à la fin de la semaine, tandis que la campagne italienne d'oranges sanguines commencera également bientôt avec les premiers lots de Moro.

France : le manque de volume sur le marché conduit à des prix soutenus
Les ventes ne sont pas très dynamiques malgré les températures hivernales. Les approvisionnements en oranges importées de pays lointains, notamment celles en provenance d'Afrique du Sud, sont actuellement en train de se terminer. Les origines des pays de l'hémisphère nord comme l'Espagne et le Portugal occupent alors le marché. La campagne se caractérise par un manque de volume sur le marché, ce qui conduit à des prix soutenus. « Cependant, la demande, même face à une offre plus limitée, n'est pas au rendez-vous », indique un importateur de Rungis.

En termes de qualité, les oranges portugaises et espagnoles sont très bonnes cette année. Les Maltaises de Tunisie, arriveront vers le 10 janvier mais la récolte 2023 devrait présenter une baisse de 30 à 40 %.

Italie : la production d'oranges est affectée par les températures élevées et la sécheresse
« La vente d'oranges est réduite au minimum tant en Italie qu'à l'étranger, principalement en raison des conditions climatiques et donc de l'absence de températures hivernales. En ce moment, sur cinq palettes de commandes, quatre concernent des clémentines et une seule des oranges. Un manque d'enthousiasme qui fait que les prix sont quasiment les mêmes que pour les clémentines, alors que la différence classique est d'environ 0,20 €/kg. La demande devrait repartir à la hausse à partir de janvier, comme c'est le cas depuis quelques années. » C'est ce que rapporte une entreprise des Pouilles qui transforme et commercialise des agrumes.

En ce qui concerne la Sicile, si la campagne pour les oranges sanguines, dont les prix varient de 0,45 à 0,60 €, a débuté il y a quelques semaines, une distinction doit être faite pour la variété rouge. « La campagne de l'orange sanguine débutera en effet officiellement le 19 décembre, avec la récolte et la commercialisation de la Moro », indique un producteur. « La pigmentation de notre produit est liée à l'amplitude thermique. En cette période, nous avons eu des journées très chaudes. Il y a tout juste quelques jours, nous avions une amplitude thermique adaptée à la maturation du fruit. Il est donc encore impossible de faire des prévisions de prix pour le moment. Le marché de l'orange sanguine de Sicile, en particulier l'orange IGP, est international. Nous voulons augmenter notre part de marché en Europe : France, Allemagne, Suisse. Une fois que nous aurons consolidé ces positions, nous serons prêts à conquérir également d'autres marchés hors Europe. »

Un autre producteur sicilien a déclaré : « La campagne des agrumes a 15 jours de retard, en raison des températures élevées enregistrées il y a encore 20 jours. La sécheresse estivale a fait que les agrumes sont de calibres moyens à petits. En termes de commercialisation, nous avons commencé la campagne des oranges Tarocco à chair rouge en semaine 49/50, avec des volumes inférieurs de 25 %. Dans une situation de crise et d'augmentation des prix à tous les niveaux de la chaîne de production, nous nous efforçons de trouver le juste équilibre entre une rémunération plus élevée des producteurs et une collaboration efficace avec les détaillants, dans le but de valoriser la production italienne. Ce n'est pas facile, car à la différence des pays concurrents producteurs d'agrumes comme l'Espagne, les entreprises agricoles italiennes ne peuvent bénéficier d'aucune aide en cas de hausse des prix de l'énergie. »

Espagne : la production d'oranges en baisse de 19,9 %, en restant l'agrume le plus populaire
Les oranges accuseront la plus forte baisse de la gamme des agrumes, avec une diminution de 19,9 % par rapport à la campagne précédente et de 15,7 % par rapport à la moyenne des cinq dernières campagnes. Les précipitations excessives durant les phases de floraison et de nouaison du fruit, les températures extrêmement élevées dans les phases ultérieures ainsi que les restrictions en matière d'irrigation, notamment en Andalousie, principale zone de culture des oranges où la baisse de production sera de 30 %, sont les facteurs déterminants de cette faible production. Néanmoins, les oranges seront, comme d'habitude, les agrumes les plus produits, avec 3 010 491 tonnes, soit environ 50,4 % de la production totale d'agrumes. Les oranges Navel représentent 75 % de la production totale.

La campagne d'oranges a commencé un peu plus tard que d'habitude, avec un marché plus dégagé pour les fruits de l'hémisphère sud par rapport à la saison dernière. La sécheresse a apporté une quantité importante de petits calibres, ce qui fait que les gros calibres (1 et 2) sont les plus désirés et les mieux payés. Il y a beaucoup de demandes pour les calibres 1 et 2. Celles-ci se vendent beaucoup plus cher que les oranges de petit et moyen calibre. Au mois de novembre, des stocks d'oranges d'outre-mer étaient encore disponibles, principalement des oranges destinées à la fabrication de jus. Cela a quelque peu entravé les exportations espagnoles, à l'exception des gros calibres, tandis que les stocks d'oranges de table ont été « plus propres » par rapport à l'année dernière. Actuellement, en décembre, on ne constate plus la présence d'oranges de l'hémisphère sud.

Égypte : production et qualité des oranges en hausse cette année
Les volumes de cette saison sont plus élevés que l'année dernière, avec une augmentation d'au moins 8 %. La qualité est vraiment bonne. Il n'y a pas de grandes quantités de gros calibres, les petits et moyens calibres sont plus nombreux. Pour les oranges, la demande de gros calibres provient de Russie, de Malaisie, de Singapour, du Brésil, du Vietnam, du Royaume-Uni, de Pologne, des Pays-Bas, et de quelques commandes de Chine. La demande pour les calibres moyens provient principalement du Moyen-Orient, de l'Inde et des pays africains. Pour les petites tailles, l'intérêt vient des Maldives et de l'île Maurice. La production égyptienne de cette année a connu une amélioration substantielle de sa qualité, notamment grâce au temps plus frais de septembre et octobre par rapport à la même période l'année dernière. Le temps a réduit l'exposition aux insectes et a considérablement amélioré, de manière naturelle, la qualité des produits, leur esthétique et leur goût.

Chine : la météo affecte les rendements et le goût
Les conditions météorologiques, en particulier la sécheresse, ont fait souffrir les arbres fruitiers tout en diminuant les rendements d'oranges en Chine. Par conséquent, les prix sont de 10 % à 20 % plus élevés que l'année dernière. Un des effets secondaires est que certains fruits ont un goût plus sucré que lors des saisons précédentes, moins sèches. Le rendement a diminué, mais la qualité a augmenté. Dans d'autres régions, y compris à Chongqing, la récolte a été abondante.

La production chinoise d'oranges est passée de 2,3 millions d'hectares en 2016 à 2,7 millions d'hectares en 2020. Selon l'Organisation mondiale des agrumes, la Chine est le troisième plus grand producteur d'oranges au monde avec 7,5 millions de tonnes métriques pour la saison d'agrumes 2021/22. La Chine est également le plus grand importateur asiatique d'agrumes avec 520 000 tonnes métriques. Fait nouveau sur le marché international, la province du Nord de l'Iran envisage de commencer à exporter des agrumes vers la Chine.

La production d'agrumes est confrontée à une série de défis qui se traduisent par une faible productivité et un retour sur investissement stagnant. Parmi ces défis, citons l'insuffisance de variétés d'agrumes haut de gamme, la rareté des produits sur le marché pour répondre aux différentes préférences gustatives, l'unicité des canaux de commercialisation, le sous-développement de la technologie de conservation des produits frais et des chaînes d'approvisionnement avec pour conséquence un taux élevé de dommages et de déchets d'agrumes, le faible degré de normalisation des plantations, la faible sensibilisation à l'agriculture écologique, ainsi que l'augmentation des coûts de plantation.

Amérique du Nord : approvisionnements stables et prix élevés pour les oranges de Floride
L'offre d'oranges reste stable en Floride. « Cette année, nous avons beaucoup d'oranges précoces, de mi-saison et d'oranges Valencia », déclare un producteur-expéditeur, ajoutant que l'offre d'oranges à jus semble similaire à celle de l'année dernière à la même époque.

Il note également que la saison a commencé à temps en Floride cette année. « Ensuite, nous avons eu les deux ouragans (Nicole et Ian) et les pluies qui ont interrompu notre travail. Ces événements ont un peu ralenti les choses pendant ces semaines et celles qui ont suivi », explique le producteur-expéditeur. Cependant, il note que, compte tenu des prévisions annoncées, il a été possible d'anticiper la récolte et de maintenir les stocks de fruits.

En ce qui concerne les spécifications des fruits, il note que la couleur des oranges s'améliore. « Nos oranges précoces Hamlin commencent toujours avec une couleur médiocre, mais actuellement, leur couleur est plutôt bonne », dit-il. En ce qui concerne le calibre, il atteint un pic sur les 100, avec une moyenne d'environ 50 % de 100, 15 % de 80, 25 % de 125 et le reste de 138.

Outre les expéditions d'oranges de Floride, la Californie expédie également des oranges Navel en ce moment (un produit qui n'est pas nécessairement en concurrence avec les oranges à jus). Le Mexique a également commencé à produire. « Cependant, nous ne l'avons pas encore vraiment ressentie ; les produits se trouvent principalement sur la côte ouest », déclare le producteur-expéditeur.

Par ailleurs, les prix des oranges ont été plus élevés cette saison, ce qui a quelque peu affecté la demande. « Les prix vont probablement rester à ce niveau car le marché du jus manque d'oranges », ajoute-t-il.

Pour ce qui est de l'avenir, les Valencia devraient commencer entre la mi-février et le début mars, mais cette année, la planification sera un peu plus longue. « Cela va être un peu délicat parce que les premières mi-saisons vont se terminer plus tôt, donc nous essayons maintenant de trouver comment combler cet écart », indique le producteur-expéditeur. « Nous pensons avoir quelques solutions pour faire durer les mi-saisons jusqu'à début février et passer à la variété Valencia probablement au cours de la deuxième semaine de février. La saison pour nous va jusqu'à mi ou fin juillet et nous terminerons probablement dans les temps. »

Argentine : les exportations d'oranges argentines vers la Russie chutent de 69 %
Les exportations d'oranges argentines ont connu une baisse significative en 2022. Selon le dernier rapport de l'Association des agrumes du Nord-Ouest argentin (ACNOA), avec des données allant jusqu'à la semaine 40, le pays avait exporté un total de 60 328 tonnes (37 tonnes dans la dernière semaine analysée, dans laquelle le pic des expéditions de cette saison avait été largement dépassé), enregistrant une contraction des exportations de 22,10 % par rapport à 2021, et très loin des quelques 161 000 tonnes qu'il a exportées en 2010, selon les données de FAOSTAT.

L'Europe a été la principale destination des oranges argentines cette année, concentrant 50,5 % des expéditions à ce jour, mais avec une baisse de 19,14 % par rapport aux expéditions de 2021. L'Amérique latine a reçu 35,6 % des oranges commercialisées à ce jour, acquérant ainsi 37,92 % de fruits de plus que ce que la région a acheté en 2021. Les obstacles logistiques à l'exportation des fruits seraient à l'origine de ces expéditions plus importantes vers la région. En troisième position, on trouve la Russie qui, avec une part de 7,3 %, a enregistré une baisse de 69,10 % en glissement annuel. L'industrie argentine des agrumes a également subi les conséquences de la guerre en Ukraine sur l'un de ses principaux marchés ces dernières années. La Russie en tant que pays se classait auparavant comme la troisième destination la plus importante, juste derrière l'Europe et l'Amérique latine, qui, rappelons-le, sont des blocs composés chacun de plus de vingt pays.

Les autres destinations des oranges argentines ont reçu les 4 000 tonnes restantes, bien qu'elles aient connu conjointement une diminution de 60 % ; dans le cas de la Chine et de Hong Kong, les expéditions ont été complètement réduites.

Cette année, la baisse des exportations coïncide également avec la contraction de la superficie plantée en agrumes dans l'importante province agrumicole argentine de Tucumán qui, comme l'a récemment révélé l'INTA, a diminué après des années d'expansion constante. Plus précisément, la superficie consacrée à la culture des agrumes a enregistré une diminution de 3 878 hectares par rapport à la campagne précédente, ce qui correspond à une réduction de 7,46 %.

« Les causes de cette diminution pourraient être liées à la baisse de rentabilité qu'a connue l'activité au cours des deux dernières campagnes, principalement en raison des faibles prix des fruits pour l'industrie, de la baisse des volumes de fruits frais exportés, de l'augmentation progressive des coûts de production, de la concurrence d'autres marchés et du contexte socio-économique national et international », résume l'INTA dans son rapport.

Australie : les accords commerciaux stimulent les possibilités d'exportation d'oranges australiennes vers l'Inde
Les producteurs d'oranges australiens ont reçu un coup de pouce avec l'annonce de la diminution de moitié des droits de douane sur les agrumes à destination de l'Inde plus tard dans le mois, suite à la finalisation de l'accord de coopération économique et commerciale entre l'Australie et l'Inde (AI-ECTA). L'organisme de l'industrie des agrumes, Citrus Australia, a noté que l'Inde est un point de mire pour les producteurs du pays, avec des exportations d'agrumes australiens atteignant 7 800 tonnes vers ce pays en 2008.

Semaine prochaine : Marché mondial du raisin