Marché mondial : le citron

En Europe, le marché du citron connaît actuellement une demande stable, avec une certaine variation des prix. Selon un importateur néerlandais, la demande de citrons est bonne, avec des prix atteignant même 16 à 17 euros pour la catégorie Extra 1. Mais, la concurrence exercée par les importateurs est particulièrement forte sur le marché néerlandais. En Allemagne, le marché est dominé par les citrons espagnols et turcs, avec une stabilité des ventes et des prix. En Italie, malgré une bonne saison de croissance, les ventes de citrons stagnent en raison de la baisse des prix et de l'augmentation des coûts de production. Parallèlement, en Espagne, la campagne du citron a commencé avec une récolte plus tardive que d'habitude et des volumes plus faibles. Toutefois, les prix restent stables. Le secteur est confiant quant à une reprise de la consommation à partir de février. Globalement, le marché du citron en Europe connaît un équilibre entre l'offre et la demande.

Pays-Bas : la demande de citrons se maintient à un bon niveau
Le marché du citron bénéficie actuellement d'une demande stable et soutenue. « On observe des différences de prix entre la vraie classe Extra I, pour laquelle les prix atteignent 16 à 17 euros, et les variétés standard, dont les prix se situent toujours autour de 14 à 15 euros », observe un importateur néerlandais. Il s'attend à ce que la situation actuelle du marché se maintienne dans le futur. « Toutefois, sur le marché néerlandais, on constate que la concurrence des importateurs est plus forte pour les citrons. Avec les oranges et les mandarines, il est plus facile pour nous de combler la différence. »

Belgique : peu de fluctuations attendues
« La demande de citrons se redresse à un niveau correct après les fêtes de fin d’année. De plus, le marché est bien équilibré en ce moment », explique un négociant belge. « Nous travaillons principalement avec les citrons Tyler espagnols. L'offre, bien qu'un peu moins importante que les années précédentes, est en ligne avec la demande. Évidemment, les agrumes viennent souvent d'Espagne, moyennant un peu plus de travail, si bien que les prix sont à un niveau un peu plus élevé. Cependant, tant que la qualité est bonne, les gens restent prêts à payer plus. Je ne m'attends pas à ce qu'il y ait beaucoup de fluctuations sur le marché dans la période à venir. »

Allemagne : un marché actuellement dominé par l'Espagne et la Turquie
Les Primofiori espagnoles et les Interdonato turques dominent largement le marché actuel. Ces derniers sont accompagnés de quelques lots italiens non traités. Globalement, les ventes de janvier sont assez stables, ainsi que les prix. À Francfort, les prix des fruits espagnols ont augmenté juste après le week-end. À Cologne, en revanche, ils ont baissé. Parallèlement, les grossistes de Berlin signalent des réductions de prix pour les citrons turcs.

Au cours des dernières années, l'Espagne a continué à dominer l'approvisionnement du marché allemand avec une part de marché globale comprise entre 70 et 80 %. Les autres fournisseurs importants sont l'Italie, l'Afrique du Sud et le Brésil.

Italie : bonne saison de croissance pour les citrons italiens, mais stagnation des ventes
En Sicile, malgré un retard de 40 jours, le citron de Syracuse (Primofiori) est conforme aux normes habituelles. La sécheresse suivie d'une forte chaleur a engendré plusieurs problèmes que les producteurs ont réussi à surmonter. Les points les plus critiques concernaient la croissance, la maturation et la coloration des fruits. Malheureusement, le manque de pluie et le froid trop prolongé ont eu des répercussions négatives sur le calendrier et la commercialisation. À cela s'ajoute l'augmentation des coûts qui ne permettent pas une rémunération correcte. Pour les citrons siciliens, les marchés, tant italiens qu'étrangers, évoluent plutôt lentement. Les prix sont, en effet, inférieurs à ceux de l'année dernière et, compte tenu des coûts de production plus élevés, cela se traduit par un indice de croissance très faible ou inconsistant. En ce moment, le citron se vend à 0,60 €, déjà récolté, pour une marchandise de bonne qualité destinée à la consommation fraîche, avec une majoration de 0,10 € pour les produits biologiques.

« Le citron vit un moment commercial peu enthousiasmant. En ce moment, le sud de l'Italie est en production et l'offre sur le marché est abondante », a déclaré un producteur de Campanie. « En ce qui concerne les prix, les citrons Premium se vendent bien, à pas moins de 2 €/kg, mais les produits non-Premium sont également sur le marché, avec des prix commençant à 0,70 €/kg. Les exportations sont au point mort et sont affectées par la présence de produits espagnols sur le marché européen. Le contexte climatique, marqué par des températures élevées par rapport à la moyenne de la saison, accélère le processus de coloration du citron, ce qui ne favorise pas la tenue du fruit sur la plante. En fait, je pense que cette année la campagne se terminera plus tôt, vers le mois d'avril. »

Les citrons sont achetés par plus de 69 % des familles italiennes (données du panel de consommateurs GfK). Si l'on regarde les canaux de distribution, les hypermarchés et les discounters enregistrent une stabilité des ménages acheteurs de citron au cours des deux dernières années, tandis que les supermarchés (qui constituent le canal le plus important avec près de 12 millions de ménages) sont en légère contraction.

Espagne : bon équilibre entre l'offre et la demande
La campagne espagnole du citron a commencé avec une récolte plus tardive que d'habitude et des volumes inférieurs à ceux de la saison précédente. Jusqu'à présent, la récolte affiche une pénurie de gros calibres, un phénomène qui est généralisé à tous les agrumes cette année. Les prix restent stables, entre 0,35 et 0,40 € par kilo sur l'arbre, soit légèrement plus élevés que ceux des campagnes précédentes. Cependant, les volumes de citron Primofiori exportés depuis le début de la campagne sont entre 7 et 8 % inférieurs à ceux de la saison 2021-22. Ils sont aussi inférieurs à la moyenne des 4 dernières années. Comme toujours, le mois de janvier se heurte à une faible demande après les fêtes de Noël. Cependant, le secteur est convaincu que la consommation commencera à reprendre à partir de février. Néanmoins, la baisse de l'offre disponible lors de cette campagne permet de maintenir une situation équilibrée entre l'offre et la demande. La concurrence turque a été très faible jusqu'à Noël, suite au recul important de sa récolte d'Interdonato, à cause des gelées. Cependant, depuis début janvier, leurs exportations ont repris avec la variété Lamas, qui offre de bons volumes. On note ainsi une plus grande pression pour les citrons espagnols sur les marchés d'Europe de l'Est.

Le citron, avec le pomelo, est l'agrume dont la superficie a proportionnellement le plus augmenté en 2022, par rapport à l'année précédente. Cependant, cette croissance commence peu à peu à ralentir. En effet, la superficie disponible offre déjà un potentiel de production important. De plus, il faut ajouter à cela l'incertitude liée à la disponibilité de l'eau dans les principales zones de culture. La récolte du citron Verna commencera au printemps et devrait être similaire à celle de la saison dernière en termes de volumes.

France : un marché compliqué en début de campagne
On retrouve actuellement sur le marché français les citrons origine Espagne, Italie et Portugal. Côté production, les grosses chaleurs en Espagne ont fragilisé le fruit et son évolution. Côté prix, le citron bio est moins cher que le citron conventionnel. Si le marché a été compliqué en début de campagne, le mois de janvier et la traditionnelle « détox » d’après les fêtes de fin d’année devrait relancer un marché peu dynamique et accroître la demande. « Les prix devraient augmenter à partir de là et jusqu’aux premiers citrons d’été, le fameux Verna », selon un opérateur.

Turquie : un démarrage tardif et de faibles volumes provoquent une saison lente pour le citron turc
La saison des agrumes turcs a commencé deux semaines plus tard que d'habitude. La Turquie a donc connu un démarrage plus lent que la normale au niveau des ventes d'agrumes. De plus, l'ensemble des agrumes turcs a enregistré de faibles volumes pour les variétés les plus précoces de citrons, de pomelos et de mandarines. Les prix n'ont donc pas été favorables pour ces produits. Cela n'a fait qu'ajouter à la lenteur de la saison. Désormais, les choses se présentent mieux qu'au début de la saison. Malgré la concurrence, la Turquie semble être plus forte sur le marché russe et est-européen, alors que l'Égypte se concentre davantage sur les marchés du Moyen-Orient.

Afrique du Sud : les producteurs hésitent à envoyer des citrons précoces en Chine
La saison des citrons précoces a commencé dans le nord du pays, avec les premiers éléments exportés actuellement en route vers le Moyen-Orient pour préparer le Ramadan. Cette fenêtre sera ouverte pendant les prochaines semaines, avant le début du mois sacré le 22 mars.

La Turquie termine sa saison des citrons. Les premiers volumes sud-africains devraient coïncider avec les derniers citrons turcs livrés au Moyen-Orient.

« Les citrons sont extrêmement prisés par la Chine, avec un phénomène parallèle en Asie du Sud-Est, où les marchés manifestent également un intérêt nouveau pour cette culture », explique un exportateur. « Hong Kong aussi manifeste un grand intérêt. »

Cependant, les producteurs de citrons se sont déjà brûlés les doigts : en effet, les citrons sont très sensibles aux dommages causés par le protocole de froid imposé par la Chine. Même avec les amendements récents, il est risqué d'envoyer des citrons précoces à la température requise.

À partir des semaines 8 à 12, les exportateurs du Limpopo estiment que le risque de dommages causé par le froid diminue. Mais au stade actuel, les producteurs sont très réservés quant à l'envoi de citrons en Chine, malgré la très forte demande.

En Europe, on s'attend à ce que le passage aux citrons de l'hémisphère sud soit à peu près le même que celui de l'année dernière.

Selon un responsable de la station de conditionnement de Hoedspruit, la récolte précoce atteint des sommets à 88 et 113. De plus, la qualité est au rendez-vous. La véraison des citrons de Hoedspruit a eu lieu dix jours plus tôt que d'habitude, a-t-on indiqué à FreshPlaza.

Localement, le marché du citron a été très irrégulier, avec un nombre sensiblement plus élevé d'acteurs sur le marché (principalement du Limpopo). En effet, une expansion généralisée du citron a eu lieu au cours des dernières années.

« Le coefficient de traction auquel nous étions habitués sur le marché local des citrons si tôt dans la saison et à Noël est devenu un coefficient de poussée », explique un fournisseur de citrons. « Nous avons eu beaucoup de pluie en décembre et le conditionnement local a été très fluctuant. Les prix ont donc oscillé en fonction de la pluie ou du soleil dans les régions de production. »

Le Limpopo poursuit sa campagne de citrons jusqu'à la fin du mois de mars, date à laquelle l'Eastern Cape entre en scène avec des volumes plus importants.

La demande internationale de jus de citron est nulle. Par conséquent, il y aura peu de demande pour les catégories impopulaires (les 189 et 216) et les spécificités n'auront pas leur place dès le début de la saison.

Chine : la consommation intérieure de citron a été stimulée par le récent pic de Covid
Selon un producteur et exportateur chinois de citrons : « Les citrons frais sont entrés sur le marché chinois à la mi-septembre. La saison de récolte s'est poursuivie jusqu'à la fin du mois de décembre. La qualité du produit est meilleure cette année que les années précédentes, mais le volume global de production a diminué de près de 40 %. Certains citronniers ont subi des dommages liés au gel, en raison des basses températures et des sécheresses du printemps. Par ailleurs, certains agriculteurs ont eu du mal à gérer leurs plantations pendant la pandémie. Cela explique pourquoi le volume de production a diminué cette année. »

La consommation chinoise de citrons a connu une hausse en décembre et en janvier. La demande a été stimulée par le nombre élevé d'infections à la Covid et à la grippe, ainsi que par les propriétés anti-inflammatoires que les consommateurs chinois associent à la consommation de vitamine C et de citron. Les producteurs de citron chinois ciblent depuis peu la Russie, l'Asie du Sud-Est et le Moyen-Orient pour leurs exportations.

Amérique du Nord : perspectives positives pour la saison du citron
Suite aux récentes pluies qui se sont abattues sur la Californie, l'offre s'est resserrée et les niveaux de stocks sont en baisse. « Cependant, en incluant ce qui se trouve sur les arbres, l'offre reste bonne », déclare un expéditeur. « Le flux provient principalement du district n°1 (D1), suivi du district n°3 (D3) qui touche rapidement à sa fin, et du district n°2 (D2) qui est en train de commencer. »

Comparé à l'année dernière à la même époque, le D3 est similaire en matière de récolte sur les arbres. « D1 et D2 ont eu de gros volumes l'année dernière. D1 devrait être en baisse de 10 à 15 % par rapport à l'année dernière, et D2 devrait être en baisse de 5 % », dit-il. « Bien sûr, cette estimation reste fluctuante compte tenu des pluies et de l'augmentation probable du calibrage. »

Les autres régions du monde qui produisent en ce moment sont l'Espagne, la Turquie, l'Italie et la Chine.

Parallèlement, la demande a été soutenue, même si l'expéditeur indique qu'il y a eu quelques ralentissements ici et là en fonction des conditions météorologiques aux États-Unis et au Canada (notamment le froid extrême qui a sévi à la fin du mois de décembre). « Nous nous attendons à ce que la vente au détail se concentre sur l'hiver, moment où les agrumes occupent une place plus importante sur le marché. Les services alimentaires ont été stables et nous nous attendons à ce que la demande augmente à mesure que nous entrons dans le printemps, avec un temps plus chaud et le début du carême », dit-il.

En revanche, à mesure que les niveaux des stocks ont commencé à baisser, les prix ont augmenté par rapport à il y a quelques semaines. Cependant, l'expéditeur affirme que les prix sont globalement similaires à ceux de l'année dernière à cette époque, bien que les défis en matière de prix comprennent à la fois la hausse continue des coûts de production et l'impact de la force du dollar sur le taux de change pour les exportations.

Dans les semaines à venir, la pluie devrait s'atténuer aux alentours du 20 janvier avec la formation d'une crête de haute pression. « Bien sûr, les pluies pourraient reprendre en février. C'est un peu loin pour le moment pour faire des prévisions », dit-il. « Il y aura des citrons, mais cela dépendra des catégories et des calibres spécifiques. Cela est également impacté par les températures toujours fraîches ou froides que nous avons connues en Californie et en Arizona. »

Argentine : espoirs pour une année 2023 douce après une saison 2022 amère pour les citrons
Pour 2023, les producteurs de citron en Argentine, l'un des principaux pays exportateurs, espèrent se concentrer sur la réduction des coûts des intrants, sur de meilleurs prix d'expédition et sur une rémunération équitable des marchés. 2022 a été une année amère pour le secteur argentin du citron. Rien ne fut facile, en raison notamment de l'augmentation de plus de 100 % des coûts logistiques. Les prix sur le marché ont été parmi les plus bas de ces trois dernières années. Certains producteurs ont déclaré avoir perdu de l'argent.

Un producteur de Tucuman, la principale zone de production de citrons en Argentine, va se concentrer davantage sur les citrons biologiques afin de répondre à la demande croissante du marché américain. Les producteurs souhaitent se rétablir complètement en 2023 après les pertes de la saison dernière.

Ils souhaitent également coopérer plus étroitement avec l'Espagne afin de s'assurer que les marchés ne soient pas trop approvisionnés et que les prix restent stables. Les producteurs de Tucuman sont également en contact étroit avec l'Espagne pour répondre à tout déficit de fin de saison que ce pays européen pourrait avoir.

Concernant les exportations vers l'Union européenne, les expéditions de citrons argentins sur le marché européen entre janvier et octobre 2022 se sont redressées par rapport à la même période en 2021, affichant une augmentation de 13 % et un total de 120 172 tonnes, selon les données partagées par le ministère de l'Agriculture espagnol.

Cependant, sur la base des données allant jusqu'au mois d'octobre (celles qui sont disponibles jusqu'à présent), l'Afrique du Sud « déloge l'Argentine en tant que premier fournisseur et augmente sa part de 16 points » (comme le souligne le rapport), jusqu'à atteindre une part de marché de 47,5 % pour cette période. En fait, le pays sud-africain a « presque doublé ses volumes (+87,7 %, +95 500 t) par rapport à la moyenne, tandis que les importations en provenance d'Argentine ont chuté de 10,5 % (-14 000 t), perdant un peu plus de 11 points de part de marché, en restant à 28 %. »

Cette diminution des expéditions est plus évidente en septembre et octobre, les deux premiers mois de la campagne espagnole 2022/23. Durant ces derniers, l'Argentine a enregistré une baisse significative en glissement annuel de 77,8 % (53,5 % si l'on prend en compte la moyenne des 5 dernières campagnes), passant de plus de 38 000 tonnes expédiées durant ces mois de 2021 à un peu plus de 8 400 tonnes comptées cette saison, selon le dernier rapport de surveillance renforcée des importations d'agrumes dans l'UE, publié mensuellement par le ministère espagnol.

Australie : des chiffres records attendus dans certaines régions
L'industrie australienne des agrumes s'attend à ce qu'un nombre record de citrons soit récolté cet été dans le Far North Queensland, en raison de l'expansion de l'industrie des agrumes de la région et du beau temps. Un représentant de l'industrie a déclaré : « Au cours des 3 ou 4 dernières années, nous avons assisté à l'expansion des vergers existants, ainsi qu'à la mise en place de nouveaux dans le FNQ. Ces arbres entrent maintenant en production. Le temps a été clément pendant les stades de la floraison et de la nouaison, ce qui se traduira par une récolte abondante. »

Les producteurs ont effectué des cueillettes ponctuelles d'octobre à décembre. La récolte complète se déroule de janvier à mars. Les producteurs australiens espèrent que les volumes continueront d'augmenter au cours des prochaines saisons, afin de remplacer ceux importés des États-Unis et d'Égypte pendant l'été, couvrant ainsi la demande des consommateurs, avec l'objectif d'un approvisionnement tout au long de l'année. « Notre industrie a fait un effort concerté pour répondre à la demande des consommateurs australiens en citrons locaux en été. C'est tout à l'honneur de nos producteurs que nous soyons maintenant dans cette position », a déclaré un représentant.

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial du concombre


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)