Sous-ensemble de caractères spéciaux plus

Annonces

Bien plus que des bananes dans cette serre islandaise

La serre de culture de bananes du Collège islandais d'horticulture est peut-être la raison de notoriété de l'établissement d'enseignement, mais il se passe beaucoup plus sur le campus de Hveragerdi, à environ 40 kilomètres au sud-est de Reykjavik. Alors que le pays cherche à devenir plus autosuffisant sur le plan alimentaire, des recherches sont en cours pour cultiver sous LED et avec une utilisation optimale du CO2. Lors du voyage d'entreprise de Fresh Publishers, Guðríður Helgadóttir (Gudridur Helgadottir) a fait faire un tour à l'équipe.

Tomates, concombres et poivrons continuent de pousser dans la serre de recherche du Collège islandais d'horticulture, mais Gudridur nous confie que les étudiants sont déjà partis pour l'été. Ce groupe d'étudiants, rattaché à l'établissement, est pourtant remarquable. Alors que les adolescents islandais ont tendance à se détourner de l'horticulture, peut-être à cause des travaux manuels intensifs et inévitables à mener dans le rude climat islandais, l'institution constate un intérêt croissant chez les personnes plus âgées. « La plupart des étudiants a environ 30 ans, bien que nous les ayons de 20 à 60 et même 70 », partage Helgadottir. « Pour beaucoup, il s'agit d'une sorte de seconde étude. Nous avons d'anciens avocats, des analystes en informatique et même d'anciens membres du Congrès, des plombiers, etc. Le réchauffement climatique et l'importance de la production alimentaire locale encouragent les gens à se lancer dans notre domaine. »

Actuellement, l'Islande est autosuffisante en concombres et exporte même un peu vers le Danemark, les îles Féroé et le Groenland. Le niveau d'autosuffisance en tomates est passé de 70 % à 55-60 %, car les producteurs font face aux virus et optent pour des tomates plus petites pour répondre à la demande du marché. Étant donné que les poivrons ont tendance à être difficiles à cultiver tout au long de l'hiver, le niveau de suffisance est de 20 à 30 %.

Pour la laitue et les fines herbes, la superficie augmente. Les nouvelles cultures comprennent des fraises et même une installation de wasabi. « Avec nos cultures de pommes de terre en plein air et d'autres plantes-racines, nous pourrions être autosuffisants en un an environ, mais cette année, les producteurs ont dû faire face au froid, aux tempêtes et aux basses températures, qui ont gravement affecté les cultures en plein air.

Etre producteur en Islande signifie cultiver dans ces circonstances particulières. Même si vos cultures sont protégées par une serre, il faut faire face à des niveaux de lumière élevés en été et à des journées courtes en hiver, combinés aux fluctuations de température, à la neige et aux tempêtes. « En raison du réchauffement climatique, nous luttons contre les extrêmes », explique Helgadottir. « Le facteur de coût le plus élevé pour les producteurs est l'électricité, car nous devons éclairer nos cultures d'octobre à fin mars, et même en été par temps couvert. Ainsi, même si les coûts de chauffage sont faibles parce que nous pouvons utiliser la chaleur géothermique, et que les coûts énergétiques ne sont pas aussi élevés qu'en Europe, cela reste un facteur majeur. » La plupart des producteurs ici utilisent des installations hybrides car ils peuvent utiliser la chaleur des lampes pendant les mois les plus froids.

Elle ajoute qu'ils examinent également les spectres lumineux utilisés dans les cultures. « Nos chercheurs se sont plaints de maux de tête après avoir travaillé 40 ou 50 minutes sous éclairage LED, et nous devons voir comment améliorer les conditions de travail. Nous ne savons pas si cela a des effets à long terme, mais nous devons être prudents en exposant nos travailleurs à des conditions non testées. Qui veut renoncer à ses yeux pour la recherche ? Cela doit être évité à tout prix. » De plus, les coûts de main-d'œuvre et le coût du CO2 sont préoccupants. « Nous devons concurrencer les usines de bière et de boissons non alcoolisées pour le CO2 produit localement, donc un des axes de recherche est également de savoir comment utiliser le CO2 de la manière la plus efficace. »

De plus, les méthodes de protection biologique intégrée représentent un point d'enseignement important, que ce soit au sein de l'établissement ou dans l'horticulture islandaise en général. « Nous enseignons à nos élèves tout ce qui concerne la PBI, c'est aussi pourquoi la serre est ouverte. Ils apprennent à gérer les attaques et épidémies sans pulvériser. Grâce à l'éloignement de l'Islande, nous avons moins de parasites et de maladies que d'autres pays. Enfin, des essais de substrat sont menés avec de la pierre ponce volcanique, un matériau islandais qui ressemble un peu à la perlite mais qui provient du volcan Hekla. »

L'enthousiasme pour l'horticulture est peut-être croissant en Islande, mais le Collège d'horticulture a du mal à faire face aux coûts. Cela est dû en partie à un changement dans le financement gouvernemental et en partie à d'autres facteurs. Les dommages causés à l'installation après un tremblement de terre en 2008, l'effondrement économique de l'Islande et une éruption volcanique expliquent tous pourquoi la rénovation de l'installation a pris plus de temps que prévu.

Le campus est chauffé avec de la vapeur à 110-130 degrés Celsius provenant de puits chauds, et une partie de l'installation est équipée d'une installation d'échange de chaleur, mais la vapeur s'écoule directement dans les tuyaux d'une autre partie de l'installation. L'eau riche en minéraux endommage et obstrue les tuyaux, et parfois de l'air sous pression doit être injecter pour faire repartir la vapeur. « Maintenir nos serres à une température constante peut être difficile », déclare Helgadottir. « Dans notre bananeraie, nous visons à maintenir la température au-dessus de 20 degrés Celsius, mais l'énergie géothermique fluctue, tout comme la température et la pression. C'est comme un adolescent de mauvaise humeur ! »

Mais alors qu'en est-il de ces bananes? En fait, il s'agit réellement d'une histoire plutôt cool ! Depuis les années 1950, elles sont cultivées sur le campus : les bananes étaient l'une des cultures que les producteurs ont essayées pour savoir quelles variétés fonctionnaient le mieux dans leurs serres. Ils ont rapidement découvert que les bananes n'étaient pas aussi appropriées que les cultures annuelles comme les tomates et les concombres, alors les plantes ont été données au Collège d'horticulture et sont dans la bananeraie depuis environ 70 ans maintenant. En plus d'être un centre d'apprentissage, il est également devenu une attraction pour de nombreux autres, y compris les écoles locales. La serre contient d'autres plantes tropicales intéressantes, des vivaces et des aliments tels que les figues, le café et les agrumes, et récemment, le premier fruit de cacao a été découvert après 11 ans de culture. S'ils parviennent à cultiver également de la vanille, qui figure en tête de leur liste, un ice coffee islandais ou un banana split islandais pourraient être au menu du 100e anniversaire de la production professionnelle sous serre, qui aura lieu l'année prochaine.

Pour plus d'informations:
Gudridur Helgadottir
University of Iceland
Tél. :+354 433 5000
gurryhelgadottir@gmail.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)

Comme nous donnons la possibilité de consulter nos articles gratuitement, nous comptons sur les revenus de nos bannières publicitaires. Merci donc de désactiver votre bloqueur de publicités et de réactualiser la page pour pouvoir poursuivre votre visite sur ce site.

Cliquez ici pour savoir comment désactiver votre bloqueur de publicité.