Le Congrès Europatat 2018

Vendredi dernier, des vendeurs et producteurs européens de pommes de terre se sont réunis dans l’Hôtel Amigo à Bruxelles pour le Congrès Europatat annuel. Quatre-vingt-dix visiteurs de 21 pays différents en ont appris davantage sur le sujet « La pomme de terre : un secteur sain, durable et responsable ». La journée a été ouverte par le tout nouveau président d’Europatat, Gilles Fontaine (de l’entreprise Desmazières France), qui a été nommé président durant l’Assemblée générale d’Europatat de jeudi.

Gilles Fontaine ouvre la journée

Après une introduction par le Secrétaire général d’Europatat, Raquel Izquierdo de Santiago, Christophe Ginisty a pris la parole. Le responsable français de la stratégie numérique et spécialiste de l’E-réputation s’est exprimé sur la façon dont l’industrie de la pomme de terre peut utiliser les réseaux sociaux afin de toucher les consommateurs de manière efficace. Il a premièrement encouragé l’audience à instruire les consommateurs via les réseaux sociaux. « Je suis sûr que les gens aiment savoir. » Il a également dit aux auditeurs de s’associer avec leurs clients en étant inspirant, engagé, transparent, facile à suivre et sensible. « Les émotions sont incontournables, a ajouté Christophe, et c’est pourquoi les gens partagent les émotions. » Enfin, Christophe recommandait d’utiliser les réseaux sociaux comme un moyen de trouver ce que pensent les gens de leurs produits.

Pendant la deuxième réunion de la journée, plusieurs intervenants ont été invités à informer les participants sur le sujet « Santé et Durabilité main dans la main dans le secteur de la pomme de terre ». La séance a été animée par Romain Cools, Secrétaire général de Belgapom. Les intervenants étaient Tania Santivanez (du Bureau régional de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture en Europe et Asie centrale), Toine Timmermans (de Wageningen UR Food & Biobased Research) et Loes Neven (de VIGeZ).

Tania a parlé de comment les pommes de terre peuvent réduire les pénuries alimentaires dans les pays en développement et également des défis et opportunités dans le système de production. « Nous devons avant tout prendre soin des sols car c’est notre ressource la plus importante », a ajouté Romain. Toine a plutôt attiré l’attention sur la manière d’éviter les pertes alimentaires. « Les solutions sont là mais pouvons-nous en prendre la responsabilité ? » Selon Toine, le point clé est de se regrouper. « Dîtes-le à vous voisins et coopérer contre le gaspillage alimentaire. » Toine a donné comme exemple une bouteille de « Pieperbier », une bière hollandaise à base de pomme de terre qui a été développée afin de valoriser les restes de pommes de terre.

Toine Timmermans. Sur la table à droite: Pieperbier

Loes Neven a continué la séance en donnant plus d’informations sur la manière dont les pommes de terre contribuent à un mode de vie sain. « Plusieurs gourous de la santé ont donné aux pommes de terre une mauvaise réputation, mais la pomme de terre en soi n’est pas le problème. Le problème, c’est le mode de cuisson. C’est sûr qu’il est meilleur de manger des pommes de terre vapeur que des frites. »

Après une pause déjeuner rassemblant tous les participants, l’intervenante principale de l’après-midi, Tine Delva, a décrit comment les entreprises peuvent aider à atteindre les objectifs du développement durable. Tine est la Conseillère politique au Secrétariat général de la Commission Européenne en charge du Programme 2030 des Nations Unies pour le développement durable et ses objectifs associés. Elle a expliqué aux auditeurs qu’ils peuvent contribuer aux objectifs en renforçant l’engagement des clients, des employés et autres acteurs.

Jolanda Soons-Dings (de LambWeiston Meijer), Gilles Fontaine et Arnaud Delacour (de l’Union Nationale des Producteurs de Pommes de terre [UNPT]) ont ensuite présenté trois études de cas. Jolanda a introduit la formule frappante « more crop per drop » (« plus de rendement par goutte ») et a montré comment LambWeiston Meijer travaille pour atteindre ses objectifs de durabilité. La coopération est centrale et elle a donc clôturé sa présentation avec le proverbe africain « Si tu veux aller vite, voyage seul ; si tu veux aller loin, voyage avec d’autres. » Gilles s’est exprimé sur l’importance d’avoir des employés heureux. Il a inspiré les auditeurs en parlant de l’événement « J’aime mon entreprise » organisé par ses employés et a également souligné que, en comparaison avec d’autres industries, les personnes travaillant dans celle de la pomme de terre ont tendance à y rester longtemps. Arnaud, qui est un producteur de pommes de terre et président de l’UNPT a parlé des différentes façons de produire des pommes de terre de manière durable et a attiré l’attention sur le sigle « residue-free » (« sans résidu ») en France.

La journée a été clôturée par Michael Scannell, Directeur de la chaîne alimentaire et en charge des relations internationales et des relations avec les intervenants au sein de la Direction générale pour la Santé et la Sécurité Alimentaire de la Commission Européenne.

Pour plus d’informations :
Europatat
+32 (0)2 777 15 85
secretariat@europatat.eu 
www.europatat.eu 


Date de publication:
Auteur:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)