Paul Talalay

Un scientifique a trouvé un moyen de prévenir le cancer avec des pousses de brocoli

En 1992, le pharmacologue Paul Talalay a attiré l'attention de la communauté internationale après avoir publié une étude qui a permis de comprendre comment la consommation de légumes crucifères peut réduire le risque de cancer.

Cette découverte a incité à trouver des moyens d'intervenir avant que le cancer ne s'installe - ce qu'on appelle l'hypothèse de la chimioprotection, selon laquelle les composés phytochimiques, ou composés végétaux, aident à prévenir les dommages cellulaires qui contribuent au cancer et aux autres maladies chroniques.

Cependant, Talalay voulait éviter la surmédiatisation . « Dois-je dire à tout le monde de manger des pousses de brocoli ? Non, et nous ne pouvons pas dire que le fait de manger des choux de Bruxelles vous garantira que vous n'aurez pas de cancer ou de maladie cardiaque. Mais je crois qu'ils sont protecteurs. » 

Pendant une grande partie de sa carrière, Talalay a enseigné à la faculté de médecine de l'Université Johns Hopkins. Il était, au début, un enzymologiste qui s'est concentré sur les protéines qui interagissent avec la testostérone. Il a rencontré son premier patient cancéreux à l'école de médecine et, dans les années 1980, il avait commencé à cultiver une « pensée audacieuse selon laquelle les cancers de toutes sortes pourraient être évitables », selon son collègue, Jed Fahey.

Talalay a supervisé des recherches qui, dans les années 1990, ont révélé des qualités intrigantes du sulforaphane, un composé que l'on trouve dans le brocoli et en plus grande quantité encore dans les pousses de brocoli. Lorsqu'il est ingéré, le sulforaphane se lie à une protéine à l'intérieur des cellules. Cet événement déclenche la production accrue d'enzymes qui aident les cellules à résister aux substances toxiques, y compris les carcinogènes.

La consommation de brocoli et d'autres légumes, dont le chou frisé ainsi que le cresson, aide l'organisme à créer ce que Cole a décrit comme une « défense moléculaire » contre les « insultes environnementales » qui pourraient mener au cancer. Selon lui, la recherche de Talalay a eu « un grand impact à la fois sur la recherche biomédicale et sur ce que les gens mangent pour rester en bonne santé. » 

Talalay a obtenu un baccalauréat en biophysique moléculaire du Massachusetts Institute of Technology en 1944 avant d'obtenir son diplôme de la Yale School of Medicine en 1948. Il s'est joint à la faculté de l'Université de Chicago et, en 1958, il a reçu une subvention de plus de 500 000 $ de l'American Cancer Society pour soutenir ses recherches jusqu'à son départ à la retraite. C'était à l'époque, la plus importante subvention jamais accordée par la société à une seule personne. Il est venu à Johns Hopkins en 1963 et est resté sur cette faculté jusqu'à sa mort.

Source : independent.co.uk


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)