NEPG : risque de surproduction de pommes de terre pour la récolte 2020

Le NEPG (North-Western European Potato Growers – Groupement des producteurs de pommes de terre du Nord-Ouest européen) s’attend à une nouvelle hausse des surfaces de pommes de terre sur les 5 pays. En cas de conditions de production normales cet été, le risque d’une surproduction sera très fort, avec une pression sur les prix du marché libre, pour les producteurs.

Ces 5 dernières années, la surface de pommes de terre a augmenté de 9 % pour atteindre les 563 000 ha. Bien que la demande sur l’industrie soit haussière, et dans une moindre mesure, l’export sur le marché du frais, le NEPG considère que cette tendance est risquée pour l’équilibre offre/demande. Cette hausse des surfaces peut également être amplifiée par la baisse des surfaces de betteraves dans certains secteurs, ou, par exemple aux Pays-Bas, par la baisse des élevages et des terres qui pourraient se libérer. En 2019, tous les pays étaient en hausse par rapport à la moyenne 5 ans, avec une augmentation des surfaces particulièrement marquée en France et en Belgique, alors que la hausse la plus modérée a été observée en Grande-Bretagne (+ 1.2%).

Une récolte moyenne
Pour la dernière récolte, la production s’est élevée à 26,9 millions de tonnes, soit un niveau moyen. Le NEPG considère qu’aujourd’hui, il reste 1 à 2 % des pommes de terre dans les champs, avec des producteurs qui essayent encore de récolter. La qualité en conservation est plutôt bonne, même si des difficultés liées au vieillissement des pommes de terre ou des problèmes de coloration à la friture sont parfois signalés. A l’export, la tendance est bonne, dans la moyenne ou plus élevée que les années précédentes (selon les pays) et les prix actuels sont stabilisés, malgré une légère tendance
à la hausse dans la plupart des pays du NEPG.

Augmentation des coûts de production et risques plus élevés
Les coûts de production ont globalement déjà augmenté : conditions de récolte difficiles en deuxième partie de saison, séchage supplémentaire avant mise en stockage, lavage ou pertes en pourriture sur certaines variétés… Selon une étude récemment publiée par l’organisation de producteurs hollandais du NAV, les coûts de stockage pourraient augmenter jusqu’à 30 €/t en conservation longue durée (incluant une prime de risque pour les producteurs). Le NEPG, au regard des premiers contrats industrie sortis sur les 4 pays du continent, considère que le compte n’y est pas : la hausse des prix
n’est généralement pas suffisante. Mais avec une augmentation continue des surfaces, les industriels sont dans une situation plutôt confortable pour proposer leurs contrats, même si la compensation des surcoûts n’est pas au rendez-vous.

La production de pommes de terre implique également des risques de plus en plus élevés, principalement à cause du changement climatique, mais aussi à cause des nouveaux challenges à relever comme la gestion des pathogènes, les risques climatiques qui augmentent, la réglementation qui se durcit autour de la protection des plantes, etc.



Pour plus d'informations : 
François-Xavier Broutin
UNPT
Tél. : + 33 (0) 1.44.69.42.43
Cell. : + 33 (0) 6.23.17.40.35
fx.broutin@producteursdepommesdeterre.org 
www.producteursdepommesdeterre.org  


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)