Harald Jantzen, contact Auszeichnungssysteme :

« Nous utilisons uniquement de l'oxygène et de la lumière pour stériliser les poignées des chariots »

Le contexte actuel a favorisé l'apparition de plusieurs innovations. Les entreprises du monde entier se préparent à une « nouvelle norme ». Cela comprend des mesures d'hygiène quotidiennes, telles que le lavage fréquent des mains et la désinfection des surfaces. L’entreprise allemande K-D Hermann LLC est spécialisée dans les systèmes d'étiquetage, mais propose désormais également un type d'étiquetage légèrement différent : « Nos étiquettes antiseptiques se désinfectent presque toutes seules », explique Harald Jantzen, directeur commercial de contact Auszeichnungssysteme.

Sur le stand de l’entreprise à l'expoSe 2019 : Harald Boller, Kay Wagner, Harald Jantzen et Thomas Helfrich. Ils ont accueilli les clients existants et les parties intéressées sur leur stand avec des saucisses et du café.

« Les étiquettes antiseptiques sont recouvertes de la laque spéciale de dispersion Lock3. Une fois appliquée, l'étiquette réduit efficacement les germes à sa surface, réduisant ainsi la propagation possible des agents pathogènes. Il suffit d’un peu de lumière et d'oxygène pour tuer jusqu'à 99,95 % des germes » expliquent-ils.

« La nouvelle souche de coronavirus n'a pas encore été mise à l'essai, mais nous sommes très confiants sur la base des résultats positifs obtenus avec les précédentes souches. » La laque de dispersion est déjà utilisée dans d'autres domaines. « Entre mars et mai de cette année, nous avons développé une étiquette variable, design et rentable. »

Dans le commerce de détail alimentaire en particulier, l'Antisepticon « change la donne » et en même temps s'intègre parfaitement dans le cœur de métier de l’entreprise, à savoir le développement et la production d'étiquettes, d'autocollants et de solutions d'étiquetage. « La solution d'étiquette en fait un produit polyvalent, toutes les poignées de portes des congélateurs et des réfrigérateurs, les rambardes d'escaliers, les boutons d'ascenseur, même les comptoirs et les écrans tactiles (par exemple aux caisses libre-service) peuvent être pourvus d'un film transparent. »

Cela vaut naturellement aussi pour les poignées des chariots et des paniers, ce qui a nécessité un travail imprévisible ces derniers mois. « Actuellement, un supermarché ordinaire utilise en moyenne jusqu'à 25 litres de désinfectant par jour. De plus, il y a des chiffons et, si nécessaire, le personnel de service qui fait le ménage pour les clients. Ce sont des coûts énormes pour les magasins. » Cependant, les coûts ne sont pas le seul facteur : « Les étiquettes ont une durée de conservation d'un an, donc le volume de déchets est considérablement réduit. De plus, contrairement au désinfectant, l'étiquette n'attaque pas le pH naturel de la peau. »

En fin de compte, l'étiquette offre une fiabilité aux détaillants et aux consommateurs : « Grâce à l'étiquette, nous offrons la certitude que les poignées sont toujours pratiquement exemptes de germes », conclut Jantzen.

Pour plus d’informations :
Harald Jantzen 
K-D Hermann GmbH
contact Auszeichnungssysteme
Tél. : +49 6272 922-420
Cell. : +49 (0)1725671973
h.jantzen@contact-online.de  
www.contact-online.de    

 


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)