Une production de poires inférieure à la normale

L'année 2020 s'est encore une fois caractérisée par des quantités inférieures à celles des dix dernières années après une année 2019 désastreuse causée par la rareté de la floraison, la punaise marbrée et la maladie des taches noires.

« Cette année, il n'est pas possible d'effectuer une comparaison avec la dernière en raison des faibles quantités disponibles en 2019, nous avons donc dû considérer la moyenne 2015-2018 pour réaliser que les niveaux sont plus bas », a commenté le président d'OI Pera, Gianni Amidei (sur la photo).

« En Émilie-Romagne, où les volumes estimés atteignent 424 000 tonnes, nous parlons d'environ 14 % de moins que la moyenne de 2015-2018. »

Le gel de fin mars-début avril semble avoir créé quelques problèmes aux variétés précoces comme la Carmen et la Santa Maria, malgré l'augmentation de la superficie de production. La William B.C. a été estimée à -15% par rapport à la moyenne de 2015-2018.

Après la faible production de l'année dernière, les poires Abate Fetel ont atteint environ 221.000 tonnes, soit 11 % de moins que la moyenne considérée.


Poires Abate Fetel

Cette année aussi, on constate une baisse significative de la superficie cultivée de poires Conférence, Kaiser et Decana, qui ont conduit à des volumes bien inférieurs à la moyenne de 2015-2018 - plus de -30 % pour la Conférence, -18 % pour la Kaiser et -25 % pour la Decana.

« La situation était particulièrement problématique d'un point de vue phytosanitaire, car la punaise marbrée et la maladie des taches noires ont causé de graves problèmes. La situation semble être bien mieux maîtrisée, mais nous ne pouvons toujours pas faire de prévisions quant à l'avenir. De plus, le gel va certainement affecter le pourcentage de fruits de première qualité. Par exemple, il semble que celui de l'Abate Fetel ait diminué de 15% ».

Les données au niveau national, qui sont bien sûr affectées par l'Emilie-Romagne et les situations similaires dans d'autres zones de production, font état d'environ 642 000 tonnes, soit -12 % par rapport à la moyenne 2015-2018 et au minimum des 10 dernières années (2019 exclu).

« Le fait que les volumes soient bien en dessous de la norme est inquiétant, car il reflète l'état du secteur de la production de poires, qui est actuellement touché par de nombreux problèmes et a besoin d'une relance ».

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)