Bart Nemegheer, De Aardappelhoeve, Belgique

« Je pense que nous aurons déplacé toutes nos pommes de terre d'ici la fin de la saison »

« Le marché industriel de la pomme de terre reprend lentement.  Il semble que l'offre et la demande s'équilibrent de nouveau quelque peu. Toutes ces pommes de terre devraient avoir été déplacées d'ici la fin de la saison », déclare Bart Nemegheer de De Aardappelhoeve en Belgique. « Cependant, de nombreux producteurs sont encore en difficulté. Le secteur de l'hôtellerie est toujours fermé. Les pommes de terre non vendues sous contrat ont un prix bas d'environ 0,75 €/tonne. Et les coûts de stockage sont élevés. Cela signifie que de nombreux producteurs sont encore dans une situation difficile ».


Photo : Alles over bio

Pour Bart Nemegheer, la situation de la saison à venir dépendra beaucoup du temps qu'il fera. « L'été sera-t-il de nouveau extrêmement sec ? Ou l'été de cette année sera-t-il normal ? On ne peut pas prédire le temps qu'il fera, il faut attendre et voir. La crise sanitaire joue également un rôle. Je pense que les choses pourraient revenir à la normale d'ici l'automne. De nombreux pays ont mis en place des programmes de vaccination. Et certaines mesures importantes, parfois difficiles, ont été prises. Nous finirons par y arriver ».

« Les ventes de pommes de terre du marché frais ont été bonnes la saison dernière. Les gens ne pouvaient pas dîner à l'extérieur, alors ils ont cuisiné à la maison, en utilisant des pommes de terre. Cela a grandement bénéficié à tout ce qui concerne les produits à base de pommes de terre. Les pommes de terre de conservation se sont très bien comportées. Quand les gens pourront de nouveau se déplacer librement, ils mangeront au restaurant. Cela aura un effet négatif sur la consommation de pommes de terre de table ».

L'utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre est interdite depuis le début de l'année. C'est très décevant pour de nombreux acteurs du secteur. Mais la société De Aardappelhoeve a réagi à cette situation il y a des années. Ils sont passés à un autre produit. « Nous n'utilisons plus le CIPC pour les pommes de terre fraîches depuis des années. La norme en matière de résidus sur le marché du frais est très stricte. Nous nous attendions à cette interdiction ».

« Nous avons actuellement peu de problèmes parce que nous travaillons depuis un certain temps avec un autre produit qui interdit les germes. Il existe de bonnes alternatives sur le marché. Mais elles sont beaucoup plus coûteuses que le CIPC. Cela prend beaucoup de producteurs au dépourvu. Et malheureusement, ces coûts ne sont pas toujours inclus dans les accords contractuels ». 

Pour plus d'informations : 
Bart Nemegheer
De Aardappelhoeve
7A Putterij Street
8700, Tielt, Belgique
Tél. : +32 (0) 477 291 784
bart@deaardappelhoeve.be        
www.deaardappelhoeve.be 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)