Recherche de l'Université de Guelph

Une découverte autour de l'avocat pourrait déboucher vers un traitement contre la leucémie

Selon une nouvelle étude de l'Université de Guelph, un composé présent dans les avocats pourrait offrir une voie vers un meilleur traitement de la leucémie.

Le composé cible une enzyme que les scientifiques ont identifié comme étant essentielle à la croissance des cellules cancéreuses, a déclaré le Dr Paul Spagnuolo, du département des sciences alimentaires.

Publiée récemment dans la revue Blood, l'étude est axée sur la leucémie myéloïde aiguë (LMA), qui est la forme la plus dévastatrice de leucémie. La plupart des cas surviennent chez des personnes âgées de plus de 65 ans, dont moins de 10 % des patients survivent cinq ans après le diagnostic.

Les cellules leucémiques ont des quantités plus élevées de l'enzyme appelée VLCAD qui joue un rôle dans leur métabolisme, a déclaré M. Spagnuolo.

« La cellule survit grâce à cette voie », a-t-il ajouté, expliquant que le composé est un candidat probable pour une thérapie médicamenteuse. « C'est la première fois que la VLCAD est identifiée comme une cible dans un cancer ».

Son équipe a passé au crible des composés nutraceutiques parmi un très grand nombre, à la recherche de toute substance susceptible d'inhiber l'enzyme. « Le meilleur était dérivé de l'avocat », a déclaré Spagnuolo.


Image : Dr Paul Spagnuolo / Université de Guelph

Auparavant, le laboratoire de M. Spagnuolo s'était penché sur l'avocatine B, une molécule grasse que l'on trouve uniquement dans les avocats et qui pourrait être utilisée pour prévenir le diabète et traiter l'obésité. Il est maintenant impatient de la voir utilisée chez les patients atteints de leucémie.

« Le VLCAD peut être un bon marqueur pour identifier les patients adaptés à ce type de thérapie. Il peut également servir de repère pour mesurer l'activité du médicament », a déclaré M. Spagnuolo. « Cela ouvre la voie à une éventuelle utilisation de cette molécule dans des essais cliniques sur l'homme ».

Actuellement, environ la moitié des patients de plus de 65 ans diagnostiqués avec une LMA entrent en soins palliatifs. Les autres subissent une chimiothérapie, mais les traitements médicamenteux sont toxiques et peuvent finir par entraîner la mort des patients.

« On a cherché à trouver des médicaments moins toxiques pouvant être utilisés ».

Faisant référence à des travaux antérieurs utilisant l'avocatine B pour le diabète, Spagnuolo a déclaré : « Nous avons terminé une étude sur l'homme avec ce produit sous forme de supplément oral. Nous avons pu mettre en évidence que des quantités importantes sont assez bien tolérées. »

Cette étude a été financée en partie par la Leukemia Research Foundation, la Société de recherche sur le cancer et l'Institut ontarien de recherche sur le cancer.

M. Spagnuolo est co-auteur de l'étude avec les doctorants Matthew Tcheng et Alessia Roma de l'Université de Guelph, l'ancien doctorant Nawaz Ahmed et le technicien Preethi Jayanth. Les autres co-auteurs sont des chercheurs de l'Université de Waterloo, de l'Université Western, de l'Université McMaster, de l'Université du Colorado et de l'Université de Pittsburgh.

L'équipe de l'Université de Toronto a également travaillé avec des cliniciens de l'hôpital Princess Margaret de Toronto.

Pour plus d'informations :
Dr Paul Spagnuolo
Département des sciences alimentaires - Université de Guelph
paul.spagnuolo@uoguelph.ca


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)