Chou frisé, les épinards, le brocoli, les oranges, les papayes, les mandarines et les kakis

Des niveaux plus élevés d'antioxydants liés à un risque plus faible de démence

Selon une étude publiée dans le numéro en ligne du 4 mai 2022 de Neurology®, la revue médicale de l'Académie américaine de neurologie, les personnes présentant des taux élevés d'antioxydants dans le sang seraient moins susceptibles de développer une démence.

L'étude a révélé que les personnes ayant les taux les plus élevés d'antioxydants lutéine et zéaxanthine et bêta-cryptoxanthine dans le sang étaient moins susceptibles de développer une démence des décennies plus tard que les personnes ayant des taux plus faibles d'antioxydants. La lutéine et la zéaxanthine se trouvent dans les légumes verts à feuilles tels que le chou frisé, les épinards, le brocoli et les pois. La bêta-cryptoxanthine se trouve dans des fruits tels que les oranges, les papayes, les mandarines et les kakis. « Prolonger le fonctionnement cognitif des gens est un défi important de santé publique », a déclaré l'auteur de l'étude, May A. Beydoun, PhD, MPH, du National Institute on Aging des National Institutes of Health à Baltimore, Maryland.

« Les antioxydants peuvent contribuer à protéger le cerveau du stress oxydatif, qui peut provoquer des lésions cellulaires. D'autres études sont nécessaires pour vérifier si l'ajout de ces antioxydants peut aider à protéger le cerveau contre la démence. »

L'étude a porté sur 7 283 personnes âgées d'au moins 45 ans au début de l'étude. Elles ont subi un examen physique, un entretien et des analyses de sang pour déterminer leur taux d'antioxydants au début de l'étude. Elles ont ensuite été suivies pendant 16 ans en moyenne pour voir qui développait une démence. Les participants ont été répartis en trois groupes en fonction de leur taux d'antioxydants dans le sang. Les personnes ayant les quantités les plus élevées de lutéine et de zéaxanthine étaient moins susceptibles de développer une démence que celles ayant des niveaux plus faibles. 

« Il est important de noter que l'effet de ces antioxydants sur le risque de démence était quelque peu réduit lorsque nous tenions compte d'autres facteurs tels que l'éducation, le revenu et l'activité physique, il est donc possible que ces facteurs puissent contribuer à expliquer la relation entre les niveaux d'antioxydants et la démence », a déclaré Beydoun.

Une des limites de l'étude est que les niveaux d'antioxydants étaient basés sur une seule mesure des niveaux sanguins et peuvent ne pas refléter les niveaux des personnes au cours de leur vie.


Pour plus d'informations :
aan.com


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)