Réponses diverses et variées

Comment le coronavirus affecte-t-il le commerce des fruits et légumes à destination et en provenance d'Italie ?

Le nord de l'Italie a fait l'objet de mesures strictes visant à empêcher la propagation du coronavirus. Plusieurs villes ont par exemple été bouclées. Le gouvernement italien a décidé de fermer toutes les écoles et universités jusqu'à la mi-mars. Mais quel sera l'impact de ces mesures sur le commerce des fruits et légumes pour l'Italie ? Nous nous sommes entretenus avec quelques importateurs et exportateurs, ainsi qu'avec un producteur de radis néerlandais en Italie.


En partant du haut à gauche (dans le sens des aiguilles d'une montre) : Willem-Jan Coolbergen, Sandra Bogaard, Frits de Mooij, Gabriel Ghita, Rob de Lijn.

Sandra Bogaard, Fris-Co
« Cette maladie a, malheureusement, un impact raisonnablement important. Nous avons clairement constaté que les vacances et les réservations de restaurant sont annulées. C'est particulièrement vrai cette semaine », déclare Sandra Bogaard, du grossiste en fruits et légumes Fris-Co.

Cette entreprise est basée dans la ville néerlandaise de Venlo. « Nous avons des clients qui fournissent des entreprises du secteur de l'hôtellerie et de la restauration. Mais nous avons aussi des clients qui fournissent des institutions telles que des écoles et des cantines d'entreprise. Ils ne reçoivent plus de commandes parce que ces établissements sont fermés ».

« Plusieurs voyages d'affaires ont également été annulés, ceci afin d'éviter que des personnes ne se retrouvent en quarantaine. Dans l'ensemble, ce n'est pas une situation dramatique. Mais, malheureusement, nous n'avons aucune influence sur elle. Donc, pour l'instant, nous restons calmes. Nous ne paniquons pas ».

Rob de Lijn, Unitrade Holland
Rob de Lijn, d'Unitrade Holland, exporte exclusivement vers l'Italie. Il a remarqué que les choses semblent un peu plus calmes. Selon Rob, il n'y a pas encore eu de conséquences graves. « Ce n'est pas comme si nous faisions 50 % de commerce en moins. Les écoles et les restaurants italiens sont, en effet, fermés ».

« Mais, les supermarchés restent ouverts. Les gens doivent manger. Le fait que la saison des produits en vrac n'ait pas encore vraiment commencé aide aussi. Dans ce contexte, c'est une bénédiction déguisée - cela s'est produit fin février, plutôt que fin mai ».

Rob affirme que ses clients ne paniquent pas face à la propagation de ce virus. « Bien sûr, il provoque des troubles. Et personne ne peut garantir que nous ne serons pas dans la même situation ici aux Pays-Bas dans deux semaines. J'avais prévu de me rendre en Italie ce mois-ci. Mais les consignes aux voyageurs pour l'Italie ont été officiellement modifiées. J'ai donc mis mes plans en attente ».  

Gabriel Ghita, Alegriafruit
« Nous sommes certainement touchés par la situation dans le nord de l'Italie », déclare Gabriel Ghita, de l'entreprise belge Alegriafruit. « Les marchés de gros dans le nord de ce pays sont toujours ouverts. Mais ils pourraient tout aussi bien fermer la semaine prochaine. Nous espérons bien sûr que cela n'arrivera pas ».

« Les ventes se poursuivent pour l'instant, et des chargements sont fréquemment envoyés en Italie. Nous avons cependant moins de commandes que d'habitude. La situation est très incertaine, les rapports changent toutes les cinq minutes. Personne ne sait ce qui se passe. Il faudra attendre et voir ».

Frits de Mooij, Vita Verde
Frits de Mooij, de Vita Verde, obtient une grande partie de son assortiment auprès des agriculteurs italiens. Cette entreprise est située à Maasdijk, aux Pays-Bas. Il décrit également le commerce comme étant plus calme. « C'est toujours un peu plus calme à cette époque de l'année. Mais, jusqu'à présent, les échanges commerciaux se sont déroulés comme d'habitude. J'ai un client allemand qui ne veut plus acheter de produits italiens. Mais c'est tout ».

« Les agriculteurs peuvent tous charger leurs marchandises, même dans le nord de l'Italie. Nous ne connaissons donc pas de problèmes d'approvisionnement. Par contre, les marchés de gros italiens sont actuellement très calmes. Mais cela signifie que davantage de produits sont disponibles pour le marché de l'exportation ».

Willem-Jan Coolbergen, Ortolanda
Willem-Jan Coolbergen travaille à la pépinière italienne de radis, Ortolanda. Cette ferme se trouve à Borgo Grappa. Il a remarqué que la propagation du virus n'avait eu aucun effet sur le commerce. « Nous nous concentrons maintenant entièrement sur les exportations. Mais nous ne voyons aucune réserve de la part de nos clients. Ils achètent toujours des radis italiens. Après tout, les gens continueront à manger des légumes ».

La décision de fermer toutes les écoles du pays est typiquement italienne, selon lui. « Bien sûr, cela n'a aucun sens. Ils viennent de trouver une excuse pour des vacances supplémentaires. Personne ne panique ici, pas du tout. Je pense que le virus est un sujet plus brûlant aux Pays-Bas qu'en Italie. Dans la région où nous nous trouvons, tout se passe normalement. La seule chose effectuée ici a été de placer quelques distributeurs supplémentaires de nettoyant pour les mains dans la serre ».


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)