L'agriculture au Mozambique progresse

La délégation Macfrut qui a présenté l'édition 2019 au Mozambique a également eu l'occasion de visiter quelques entreprises et marchés afin de mieux comprendre le niveau et le potentiel de ce segment. Pour le Mozambique, le renforcement du secteur des produits frais est une priorité pour le développement économique et social. La plupart des entreprises sont petites, bien qu'il y en ait quelques unes plus grandes.

 

Selon des sources de la FAO, le Mozambique produit 1,1 million de tonnes de produits, principalement des bananes et des tomates. Les exportations sont limitées et visent principalement l'Afrique du Sud, d'où elle importe à son tour des pommes, des poires, des raisins et des agrumes.


Les employés de l'entreprise d'Angel Miguel Cumaio au travail

« Nous avons visité quelques entreprises autour de Maputo, comme celle qui appartient à Angel Miguel Cumaio. Elle s'étend sur 13 hectares. 25 types de légumes y sont cultivés, dont la laitue, le chou, les herbes médicinales, la coriandre et les tomates », explique le président Renzo Piraccini.

« L'entreprise emploie 35 personnes avec un salaire mensuel d'environ 100 €. Le salaire minimum fixé par le gouvernement est de 70 €. Récemment, 5 serres ont été mises en place avec la contribution de l'ONG IDE, permettant des cycles de production plus courts, des rendements plus élevés et une meilleure qualité. L'entrepreneur est très satisfait des résultats et souhaite développer davantage cette technologie. » 

Bernardo Antonio (photo ci-dessus) est un producteur avec une serre de 2 500 m de cultures hors sol. Il cultive des tomates, des poivrons et des concombres et vend toute sa production au supermarché Spar de Maputo.

Il cultive sur un substrat tourbeux : le conteneur de nutriments à distribuer par fertirrigation est enterré à l'entrée de la serre et est alimenté par une petite pompe. La technologie - fondamentale mais efficace - est brésilienne.

Deux autres opérateurs fixes travaillent dans l'entreprise avec lui. Cette activité a également été soutenue par l'ONG IDE, qui fournit également une assistance technique.


Visite de l'entreprise Citrum

« Carmen Ramos possède et gère la société Citrus. Elle comprend 85 hectares de bananiers (dont 50 actuellement en production) et 95 hectares d'agrumes - principalement des oranges mais aussi des pamplemousses blancs et roses. Il utilise actuellement des gicleurs, mais un système de goutte à goutte sera installé dès qu'il n'y aura plus assez d'eau. Quand la récolte bat son plein, elle emploie plus de 330 personnes. Les produits sont vendus sur le marché intérieur. » 


Au marché de Maputo

« Le marché de Maputo est très différent de celui de l'Europe. Il n'y a pas d'installations et le commerce se fait sous des tentes pour essayer de garder les produits aussi frais que possible. Néanmoins, ce marché est très vivant et la majeure partie de la production destinée aux détaillants traditionnels de Maputo passe par ici. Les conditions d'hygiène sont cependant déplorables et le manque de réfrigération contribue à la dégradation rapide du produit. Les chaînes de supermarchés ont leurs propres plateformes et établissent des relations directes avec leurs fournisseurs. » 

« Malgré les limites du secteur de la production et le fait qu'il devrait améliorer considérablement ses normes, le vrai problème au Mozambique est le manque de logistique frigorifique et d'infrastructures. Pour les entreprises italiennes, le Mozambique peut être une opportunité intéressante en ce qui concerne les semences, les moyens techniques et la technologie des champs, alors que le marché des produits frais ne présente pas d'opportunités pour le moment. » 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)