« La réglementation menace la culture des poireaux en Flandre »

Ventes record de 208 millions d'euros aux enchères en Belgique

REO, basée à Roulers, en Belgique, a terminé l'année 2019 avec un chiffre d'affaires record de 208 millions d'euros, la meilleure année pour cette coopérative. Pour la deuxième année consécutive, la tomate a été le produit le plus important, viennent ensuite les poireaux. « Nous avons gagné 23 millions d'euros de plus qu'en 2018. Nous avons également connu une augmentation de 5 % en volume », déclare Paul Demyttenaere, directeur de REO.


Directeur Paul Demyttenaere

Conditions climatiques extrêmes
« Pour la deuxième année consécutive, nous avons été confrontés à des conditions météorologiques extrêmes. L'été sec, et surtout extrêmement chaud, a eu un impact majeur sur la formation des prix des légumes de pleine terre. Au cours du premier semestre, une grande partie des produits de stockage de l'année précédente a été mise sur le marché. »

« Cela s'est fait à des prix stables en raison de la pénurie sur les marchés d'Europe occidentale. En été et en automne, l'approvisionnement en légumes de plein air a été à nouveau irrégulier. Cela a provoqué une nouvelle pénurie de plusieurs sortes de légumes. Nous pouvions donc gagner beaucoup d'argent sur le marché des produits frais », explique Paul.

La culture du poireau flamand sous pression
« Les poireaux sont notre produit numéro deux. La formation des prix a été stable tout au long de l'année dernière. Il y avait également une demande claire sur le marché européen. Mais la culture flamande du poireau est actuellement menacée », poursuit Paul. « Et ce à cause de la réglementation flamande en matière de fertilisation.»

La fertilisation et la culture de légumes sont considérées comme des sources de pollution par les nitrates. Une réglementation spécifique draconienne a été établie en 2019 ; elle est d'ailleurs tellement éloignée de la pratique que nous avions de réelles inquiétudes pour cette culture. Le poireau est bon pour un chiffre d'affaires de 36,5 millions d'euros. La culture du poireau en Flandre occidentale assure un excédent commercial net de 30 millions d'euros.

« Le poireau est tout simplement déménagé dans de nouvelles zones de production. Il s'agit de l'Espagne, du Portugal, de la France et de l'Europe de l'Est. Ce règlement MAP6 absurde ne concerne pas seulement la culture du poireau, il concerne également des cultures telles que le chou-fleur, le chou, le céleri rave et le chou de Bruxelles », explique M. Demyttenaere.

Selon le directeur REO, les autorités doivent considérer les légumes avec une connaissance des techniques de culture. Elles doivent également abandonner la préférence pour la culture agricole. « Il doit s'agir de chiffres et de connaissances. Regardez la MAP6 et les semis précoces d'engrais verts. Je sais que les poireaux et autres légumes de plein air absorbent beaucoup plus d'azote du sol en automne qu'avec les engrais verts, mais on ne tient pas compte de ce fait. »

Numéro 1
« En ce qui concerne les fruits et légumes, la tomate est numéro un pour la deuxième année consécutive. Ces volumes ont presque doublé en deux ans. Cette augmentation est en partie due aux efforts de mon prédécesseur, Noël Keersebilck. Il voulait créer une région horticole sous serre à Roulers. Cette région a finalement été réalisée. Elle est couplée à la chaleur dégagée par l'incinération qui a lieu au centre de recyclage MIROM. »

« L'autre raison de cette croissance est le progrès que nous avons fait concernant le Nord de la France. Nous avons vendu près de 60 millions de kilos de tomates. Sur ce total, plus de 30 % sont des produits français. Pour 2020, nous prévoyons une nouvelle augmentation des volumes de 7 à 8 millions de kg », ajoute Paul.

Les fraises, les endives et les champignons ont conservé leurs positions dans le top 10 des produits REO. Avec 36 millions d'unités, le concombre est resté à peu près au même endroit. Il en va de même pour les courgettes avec 32 millions d'unités. Le chou et le céleri rave se trouvent dans le top 10 grâce à la stabilité des prix des produits de stockage de 2018.

« Le chiffre d'affaires de REO est composé à 75 % de nos deux marques maison, principalement en France et en Belgique. L'augmentation du produit français dans l'assortiment de la coopérative montre clairement l'intérêt croissant du marché français. Dans les années à venir, nous allons encore renforcer notre position sur ce marché. Nous allons également nous concentrer sur la qualité », déclare le directeur.

« Nous nous réjouissons de notre chiffre d'affaires de 208 millions d'euros. Les prix favorables du marché sont une juste récompense pour nos producteurs. Ils ont maintenu la qualité de leurs produits malgré le climat extrême de 2019. Cela a été possible grâce à de nombreux efforts. La principale préoccupation pour l'avenir est la réglementation de l'agriculture de plein air. »

« Trop souvent, nous voyons émerger des idées qui sacrifient la qualité des récoltes. Sachez cependant qu'un secteur horticole flamand qui fait des compromis sur la qualité ne deviendra jamais un acteur régional flamand. Cela signifie que, pour cette maison de vente aux enchères, nous ne verrions que des revenus annuels de 100 millions d'euros au maximum », conclut Demyttenaere.

Pour plus d'informations : 
Paul Demyttenaere
REO Veiling
101 Oostnieuwkerksesteenweg 
8800 Roeselare, Belgique
Tél. : +32 (0) 512 312 11
info@reo.be        
www.reo-veiling.be     


Date de publication:
©



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)