Une agriculture urbaine de haute technologie à Paris

Paris est en train d'ouvrir la plus grande entreprise de culture au monde. Avec son projet Parisculteurs, la France (avec d'autres villes) est fortement engagée dans l'agriculture urbaine, créant dans le même temps une opportunité pour les entreprises néerlandaises.

Le projet Parisculteurs vise à verdir 100 hectares supplémentaires à Paris cette année. Un tiers de cette superficie est consacré à l'agriculture urbaine ; les Parisiens étant très intéressés par les produits cultivés localement, sans oublier le besoin d'espaces verts dans cette grande ville française.

Il y a donc un grand enthousiasme pour un projet tel que celui-ci. Mais dans de nombreux cas la réalisation d'un tel projet constitue un défi : l'espace est limité et coûteux et l'utilisation de pesticides se heurte également à une certaine résistance.

Des techniques innovantes sont donc bien souvent utilisées pour l'agriculture urbaine. Il s'agit notamment de l'agriculture verticale et de la culture mixte. Les aides numériques jouent également un rôle important dans l'agriculture urbaine avec par exemple des capteurs de surveillance de l'eau utilisés dans les systèmes hydroponiques.

Pas de combustibles fossiles
La start-up française Neofarm a mis en service sa première serre de haute technologie située à l'ouest de Paris. À quelques kilomètres de Paris, à Saint-Nom-la-Bretèche, sur une parcelle de 1 000 m², Neofarm cultive des carottes, de la laitue et des haricots.

En plantant ensemble différentes sortes de légumes, l'utilisation de pesticides est réduite au minimum. La start-up s'occupe aussi du développement d'un robot de désherbage. Elle utilise des outils de prise de décision en ligne pour optimiser le processus. De cette façon, Neofarm souhaite développer un modèle pour les micro-fermes.

L'idée serait de pouvoir cultiver des produits biologiques de haute qualité sur un petit terrain, à proximité de la ville. Avec ce modèle, la start-up veut aussi contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Leur ferme, par exemple, n'utilise pas de combustibles fossiles. Le sol sain peut également stocker du CO2.

Une autre start-up française, Agricool, cultive des fraises dans des conteneurs et depuis peu, des herbes. Pour cela, elle utilise un système entièrement fermé avec plusieurs capteurs de contrôle. Selon Agricool, ce système fermé utilise 90 % d'eau en moins que l'agriculture conventionnelle.

Innovation
L'importance que les parisiens accordent aux produits locaux garantit donc l'innovation dans la chaîne. En France, on observe une tendance à l'augmentation des produits biologiques et locaux. Cette évolution se poursuivra donc probablement dans les prochaines années.

Cette tendance est également présente dans d'autres pays européens et offre ainsi des opportunités aux entreprises néerlandaises. Elles peuvent répondre à ces développements et notamment fournir des matériaux pouvant être utilisés dans ce type d'exploitations agricoles urbaines.

Source : Agroberichten Buitenland / Renske Buisman


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


© FreshPlaza.fr 2020

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)