Les tomates peuvent-elles pousser sur la Lune ?

L'humanité a toujours été fascinée par l'univers et les scientifiques essaient toujours d'en apprendre davantage. Avec une taille de plus de 46 000 millions d'années-lumière (équivalent à plus de 440 000 trillions de km) et un nombre d'étoiles presque inconcevable - selon les estimations, la Voie lactée compte à elle seule plus de 200 000 millions d'étoiles - l'aventure spatiale de l'humanité nécessite de fournir de la nourriture pour les futures missions.

C'est pourquoi de multiples projets ont été lancés pour étudier la viabilité de la culture d'aliments dans des environnements extraterrestres, comme le Green Moon Project , qui étudie la culture de légumes sur la Lune, l'objet spatial le plus proche de notre planète.

Une plante pourrait-elle pousser sur la Lune, dont la gravité est égale à un sixième de celle de la Terre ? Cette question est à l'origine du projet avec lequel Jose Maria Ortega Hernandez (Malaga, 1993), alors étudiant en ingénierie aéronautique, a participé en 2016 au Google Lunar X Prize, un concours qui visait à promouvoir les investissements dans de futures missions privées vers notre satellite.

Il a présenté sa proposition avec un biologiste des plantes et un ingénieur en énergie et ont fait partie des finalistes en plus de susciter l'intérêt et l'aide d'instituts de recherche, de scientifiques, et la proposition est devenue un projet professionnel.

Green Moon Project a signé un accord avec le centre d'exploration spatiale de l'université de Chongqing pour apporter ses expériences de culture horticole sur la Lune lors d'une prochaine mission Chang'e (mission d'exploration lunaire chinoise).

Les défis
L'équipe du projet Green Moon s'efforce de comprendre comment tous les facteurs lunaires affectent les plantes et de résoudre les défis et les difficultés que présente la culture à partir de trois domaines différents : la géologie planétaire, la biologie végétale et la technologie spatiale.

Jesus Martinez-Frias et Fernando Alberquilla, chercheurs de l'Institut des Géosciences, sont chargés de la partie géologique, c'est-à-dire de l'analyse de l'incidence du sol lunaire sur les cultures. Pour ce faire, ils utilisent un substrat de Lanzarote - car la communauté scientifique sait que le sol de la Timanfaya est très similaire à celui de la Lune et de Mars - ainsi qu'un régolithe ayant la même composition que les pierres que la mission Apollo 11 a ramenées de la Lune.

Ils effectuent déjà des tests sur ces sols en collaboration avec InnoPlant, le partenaire commercial du projet. L'équipe est dirigée par Eva Sanchez Rodriguez et Juan Hernandez, qui testent les espèces et les graines qui s'adaptent le mieux à ces sols, la manière de compenser le manque d'azote dans le sol lunaire et les meilleures options pour fertiliser les plantes, entre autres.

 

Source : lavanguardia.com 

 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Facebook LinkedIn Twitter Rss

© FreshPlaza.fr 2021

Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)