Rapport de la semaine 34 de la BLE

« La saison des fraises entre dans sa phase finale »

Alors que la saison des fraises entrait dans sa phase finale, les livraisons ont été réduites, et la capacité de stockage a également été réduite de diverses manières. La gamme a été menée par les lots domestiques. Ceux-ci avaient presque le monopole à Hambourg, tandis que sur les autres marchés, il était encore possible d'accéder à des produits néerlandais, belges ou polonais. Selon la BLE, la qualité n'était pas toujours convaincante. Une large gamme de prix s'est établie.

Les fruits de qualité étaient rares et chers. Parallèlement, des retours de détaillants ont été effectués pour bénéficier de remises. À Berlin, par exemple, les produits allemands et néerlandais coûtaient entre 0,50 et 3,50 euros par plateau de 500 grammes. Dans l'ensemble, les prix ont eu tendance à augmenter plutôt qu'à baisser, même si le commerce a été lent dans tous les domaines.

Pommes
Entre-temps, les offres alternatives avaient presque complètement disparu du marché. Les fruits européens de la campagne 2022 ont dominé. La présence de Delbarestivale et Jonagold s'est fortement développée, tandis que la variété Elstar a également gagné en importance. Les Royal Gala et Golden Delicious ont été fournies de plus en plus par l'Italie.

Poires
La Santa Maria italienne a prédominé. La gamme a évolué : Les Santa Maria turques, les Clapps Liebling locales et les Williams Christ d'Italie et d'Allemagne jouent un rôle nettement plus important. Les premières poires Conférences néerlandaises se sont jointes aux Conférences belges déjà établies mais elles n'ont pas été convaincantes sur le plan gustatif à Francfort.

Raisins de table
La gamme de produits a changé, avec la présence de l'Italia, du Crimson Seedless, du Red Globe et d'autres variétés. Dans l'ensemble, un grand nombre de variétés étaient disponibles en provenance d'Italie, y compris la nouvelle variété exclusive bleue sans pépins Maula, qui a fait son apparition à Francfort.

Abricots
La fin de la saison est déjà en vue, avec des livraisons limitées. La qualité laissait également de plus en plus à désirer. Au final, la demande a également baissé, une certaine saturation ne pouvant être niée. En termes de qualité, les lots français et turcs ont été les plus convaincants.

Pêches et nectarines
La campagne entre lentement dans sa dernière ligne droite. Les livraisons espagnoles l'emportent sur les livraisons italiennes. Les livraisons de France, de Grèce et de Turquie ont eu un statut plutôt complémentaire. La demande est assez faible. Mais l'offre a été adaptée aux conditions de stockage réduites, ce qui a généralement permis d'assurer la constance des cotes.

Prunes
Les offres locales ont prédominé : les Fruchtbare, Hauszwetschge et Top de Cacak ont dominé les événements. Les Hanita, Auerbacher et Cacaks Schöne ont complété le tableau. Dans un premier temps, les Fellenberg étaient disponibles à Francfort et à Munich, et les Presenta et Elena à Francfort. Les Lepotica étaient fournis par divers pays d'Europe de l'Est, quant aux Stanley, leur rôle était également important.

Citrons
Les fruits sud-africains ont dominé devant les fruits argentins et espagnols. Les températures élevées ont eu un effet négatif sur les ventes à maintes reprises. Les prix n'ont pas changé de manière significative. À Berlin, les produits sud-africains sont devenus légèrement moins chers.

Bananes
Le commerce a été assez inégal : on a observé une hausse des prix à Francfort et Hambourg, et une baisse à Cologne et Munich. Ce n'est qu'à Berlin que le prix de l'assortiment est resté inchangé.

Chou-fleur
Les offres nationales ont prédominé. Seules de petites quantités étaient disponibles en Belgique, aux Pays-Bas et, plus récemment, en Pologne. La disponibilité a été largement suffisante pour répondre à la demande. Celle-ci avait été limitée en raison des températures élevées et des vacances.

Laitue
La laitue iceberg a été dominée par les produits nationaux, avec des produits néerlandais apparaissant également à Francfort, Cologne et Berlin. Bien que les livraisons aient globalement augmenté, elles ne suffisent pas toujours à satisfaire la demande. Les possibilités d'hébergement se sont élargies. Des produits belges et allemands étaient disponibles pour les laitues. Des prix fluctuants ont été observés pour les importations à Francfort.

Concombres
En ce qui concerne les concombres, les expéditions nationales ont dépassé les expéditions néerlandaises et belges. Les approvisionnements ont augmenté. Néanmoins, cela n'a pas toujours été suffisant pour répondre facilement à la demande. Un resserrement des prix a été observé dans de nombreux sites avant cela.

Tomates
Comme précédemment, l'offre néerlandaise et belge a constitué la base de la gamme. Les produits polonais, italiens, espagnols et quelques produits nationaux ont complété l'action. La demande, bien qu'elle n'ait pas été trop mauvaise, s'est avérée trop faible pour les expéditions prolongées. La variété Domestic Intense est apparue à Francfort.

Poivrons
Les marchandises néerlandaises ont prédominé. Après une hausse significative des prix au cours de la semaine 33, ceux-ci ont à nouveau baissé au cours de la 34e semaine. Cela était dû, d'une part, à l'augmentation des livraisons. Mais d'autre part, les importations polonaises, moins chères, ont pénétré de plus en plus les marchés. La qualité de ces importations était bonne et les clients étaient heureux de les acheter.

Source : BLE


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)