Springfresh utilise les flux de déchets d'oignons pour fabriquer des poudres, des confitures et des tartinades

« Nous nous concentrons pleinement sur la valorisation de nos flux résiduels »

L'invasion de l'Ukraine par la Russie au début de l'année a mis au défi le transformateur de légumes polonais, Springfresh. Non seulement les coûts énergétiques ont grimpé en flèche, mais il est également devenu difficile de trouver des travailleurs. « Avant même que la guerre n'éclate, nous avions de nombreux employés ukrainiens. Soudain, les hommes ont dû partir à la guerre, et nous avons eu un afflux de réfugiés. Cela a eu un effet considérable », commence le directeur Derreck Bac.


Derreck Bac

Il a fondé voilà 15 ans cette entreprise qui nettoie et traite des légumes comme les oignons, les échalotes, les radis, les choux-raves et les choux de Bruxelles. Récemment, il a mis l'accent sur l'amélioration des flux résiduels de produits tels que les oignons. « Nous fabriquons déjà de la purée d'oignons et des oignons marinés. Nous travaillons désormais à développer une poudre. Ce n'est pas une mince affaire. Ces derniers temps, la demande du marché s'est sensiblement déplacée des produits provenant de Chine et d'Inde vers les produits locaux. Lorsque vous pouvez produire ces produits en Europe, ils sont considérés différemment, et le prix ne représente plus le seul facteur décisif. »


Riz de choux de Bruxelles

« Ces nouveaux produits ouvrent de nouveaux canaux de vente. Avec nos produits frais, nous avons toujours opéré dans le segment des produits à courte durée de conservation. Ces nouveaux produits nous permettent d'entrer dans une partie complètement différente du marché alimentaire. Nous recevons des commandes pour des produits ayant une durée de conservation d'un an ou plus, comme les purées pour les soupes et les sauces. Jusqu'à présent, nous fournissions principalement les supermarchés et l'industrie hôtelière. Mais avec ces produits transformés, on traite de plus en plus avec des transformateurs d'aliments et de viande, des producteurs de sauces et de salades. Nous avons déjà des contrats pour nos cornichons et nos purées. Nous développons également de nombreux nouveaux produits, comme les confitures d'oignons et les tartinades, mais ces derniers ne sont pas encore disponibles dans le commerce », explique Derreck.


Purée d'oignons jaunes

Springfresh, qui se procure la plupart de ses oignons aux Pays-Bas, peine à s'en procurer pour la transformation. « Ils sont chers. Je me demande s'il y en aura suffisamment à disposition jusqu'à la fin de la saison. C'est un marché d'achat difficile, mais le marché des ventes n'est pas facile non plus. Vous devez négocier des niveaux de prix très différents avec les clients. La plupart d'entre eux ne sont pas préparés à cela ou préfèrent passer outre. À terme, cela s'arrangera également. Après tout, les clients ont besoin de produits. »

Les acheteurs néerlandais représentent une part importante des ventes de Springfresh. Néanmoins, dans les jours à venir, Derreck perçoit quelques opportunités, notamment en dehors de ce pays. « Les marchés allemand et scandinave, notamment, sont en pleine croissance. Je vois également des perspectives de ventes plus importantes sur le marché polonais. Beaucoup de Néerlandais pensent que Sulęcin, où se trouve notre usine, est très loin. Ce n'est pourtant pas le cas. Nous sommes seulement à 750 kilomètres d'Amsterdam. Sulęcin est juste de l'autre côté de la frontière allemande, à 100 km à l'est de Berlin. Tous les camions que nous chargeons aujourd'hui parviennent aux clients le lendemain », explique Derreck.


Confiture d'oignons rouges

« Outre la valorisation de nos flux de déchets, nous nous sommes pleinement engagés à utiliser la chaleur dégagée par nos cellules de refroidissement. Nous l'utilisons pour sécher les produits. Avec la valorisation de nos flux résiduels, cela constitue un bon exemple d'entrepreneuriat circulaire. » La gamme d'oignons transformés se compose depuis des années d'oignons épluchés, ainsi que d'oignons en dés et en tranches. « Dans les années à venir, nous voulons nous concentrer encore plus sur l'automatisation. Le tri optique constitue la prochaine étape. Nous sommes encore en train d'en discuter. »

Ainsi, Springfresh a déjà transféré le lavage et le traitement des choux de Bruxelles aux Pays-Bas. « Nous pouvons désormais distinguer les choux légèrement tachés des choux pourris. Cela offre de nombreuses possibilités pour valoriser le produit. De plus, les possibilités de valorisation des flux résiduels de choux de Bruxelles sont nombreuses, pour les hamburgers, le pesto, les bases de pizza et l'ajout de feuilles aux salades-repas. J'ai récemment participé à un événement avec des blogueurs culinaires. J'ai été sincèrement surpris par les nombreuses utilisations qu'ils entrevoient pour nos produits. De cette manière, nous pouvons utiliser la totalité du germe et n'avoir pratiquement aucun déchet », conclut Derreck.


Pour plus d'informations :
Derreck Bac
d.bac@springfresh.eu
Springfresh Group
Tél. : +48 603 598 954
D.Bac@springfreshgroup.nl
www.springfreshgroup.pl


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)