Rapport BLE semaine 42 :

« Les concombres espagnols s'imposent de plus en plus »

Dans le segment des concombres serpents, les produits espagnoles se sont fait de plus en plus remarquer. Selon la BLE, la présence des lots nationaux et néerlandais a diminué. Les lots belges n'ont plus dépassé leur caractère complémentaire. Localement, l'offre de produits s'est révélée un peu trop étendue. Dans ces cas, les commerçants ont été contraints de réduire leurs prix antérieurs pour éviter les stocks.

Dans le cas des mini-concombres, des prix constants ont été enregistrés ici et là, dans la mesure où l'offre et la demande étaient suffisamment équilibrées. Ces produits provenaient principalement d'Allemagne et des Pays-Bas, les importations turques venant compléter le marché.

Pommes
Les fruits locaux ont prédominé. Elstar, Jonagold et Boskoop constituaient la base de l'assortiment. À Berlin, par contre, Kanzi, Ambrosia et Pink Lady ont bénéficié d'un intérêt immédiat et intéressant à 2,15 à 2,40 € le kg. A Munich, les Topaz et Cox Orange domestiques n'étaient pas toujours de la meilleure qualité, les commerçants ont donc dû baisser leurs prix.

Poires
Les poires italiennes Abate Fetel, Santa Maria et Williams Christ ont prédominé. En provenance de Turquie, ce sont les poires Santa Maria et, accessoirement, Devici qui étaient le plus souvent offertes. Ces dernières coûtaient 10 € par paquet de 4 kg à Berlin. En Allemagne même, les envois de Conférence, Williams Christ et Alexander Lucas ont dominé. Les Pays-Bas ont envoyé, entre autres, les variétés Gute Luise et Gellert.

Raisins de table
Les offres italiennes ont occupé la première place dans l'assortiment : Italia, Crimson Seedless et Michele Palieri ont prédominé. En termes d'importance, suivaient les Turkish Sultana, qui étaient en promotion dans certains endroits. En provenance de Grèce, les Thompson Seedless et Crimson Seedless ont été les plus commercialisées.

Petits agrumes
Dans le cas des clémentines, l'assortiment était composé principalement de produits sud-africains et espagnols. Les lots italiens n'avaient évidemment qu'un caractère complémentaire. Les Satsumas provenaient d'Espagne et d'Italie, et les mandarines d'Afrique du Sud, du Pérou et d'Espagne.

Citrons
La présence des importations sud-africaines et argentines s'est très sensiblement réduite. Les expéditions espagnoles, en revanche, sont devenues beaucoup plus importantes. Mais celles-ci n'étaient pas toujours convaincantes en termes de qualité. À Berlin, le Verna espagnol n'a donc guère suscité d'intérêt. À Munich, en revanche, le Primofiori exclusif d'Espagne est devenu plus cher.

Bananes
La demande s'est avérée assez bonne, avec une nette progression des ventes. La demande n'a pas toujours pu être entièrement satisfaite. Par conséquent, les commerçants ont pu augmenter leurs prix à diverses occasions.

Chou-fleur
Les offres nationales ont évidemment dominé les ventes. En termes de quantité, les produits belges et néerlandais étaient les numéros deux attendus. À Francfort, les importations polonaises à bas prix étaient nombreuses, de même que les petites livraisons du Danemark.

Laitue
Alors que la présence de la laitue Iceberg nationale et néerlandaise était limitée, l'importance des lots espagnols s'est sensiblement accrue. La gamme de qualité des produits nationaux était assez large, avec des petits calibres et quelques déficiences d'une part, mais des offres assez exclusives d'autre part.

Tomates
Les approvisionnements belges, hollandais et turcs formaient la base de l’assortiment. Ces derniers avaient étendu leur présence. Les tomates turques étant moins chères que celles de la concurrence tout en étant convaincantes sur le plan de la qualité, les fruits des pays du Benelux ont été mis sous pression et ont parfois baissé de prix.

Poivrons 
Les livraisons néerlandaises ont clairement dominé le marché. Les offres espagnoles suivaient en termes d'importance. Les lots belges, polonais et turcs ont eu un caractère complémentaire. Les affaires ont été calmes. L'offre et la demande se sont généralement équilibrées, si bien que les négociants n'ont pas dû modifier leurs prix trop souvent.


Source : BLE


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)