Marché mondial : la banane

Le marché mondial de la banane, qui était déjà confronté à une pression accrue sur les marges en raison des coûts élevés du transport et des matières premières affectant de nombreuses industries, est maintenant confronté à des difficultés supplémentaires dans de nombreux pays en raison de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. La Russie étant un importateur majeur de bananes en provenance d'Amérique du Sud, les récentes sanctions commerciales imposées à ce pays ont pour effet de forcer ces bananes à trouver un autre marché ; on craint donc que les autres marchés européens ne soient fortement surapprovisionnés. En outre, une grande partie des matières premières nécessaires à la fabrication d'engrais pour la production de bananes, comme l'azote et la potasse, proviennent de Russie et de Biélorussie, pays faisant également l'objet de sanctions pour leur rôle dans le conflit. Ainsi, malgré la bonne qualité et les prix pratiqués sur de nombreux marchés, les fournisseurs peinent à rentabiliser le marché de la banane.

Pays-Bas : l'offre excédentaire de bananes semble inévitable
Jusqu'à la semaine dernière, le marché de la banane atteignait des sommets en termes de demande, même si les cyberattaques, les tempêtes, les retards d'approvisionnement et la flambée des prix de l'énergie posaient problèmes. Cependant, la situation en Ukraine a un impact majeur sur le marché de la banane. La Russie a toujours été un grand marché pour les bananes équatoriennes, mais ces lignes ont été brusquement coupées. L'excédent est déjà proposé sur le marché d'Europe occidentale, si bien qu'une offre excédentaire semble inévitable dans les semaines à venir.

Allemagne : bonne qualité et pas de goulots d'étranglement
Jusqu'à 30 000 caisses de bananes sont amenées à maturité par une grande entreprise spécialisée dans le mûrissement en Allemagne orientale. Les bananes proviennent du Costa Rica, de la Colombie, de l'Équateur et d'autres pays d'Amérique du Sud, avant d'être livrées à diverses chaînes de magasins et marchés de gros. Selon le détaillant, la demande s'est normalisée. Globalement, il a l'impression que pour de nombreuses entreprises, les affaires sont plutôt calmes à la suite du Covid-19. En raison du taux de change du dollar, dit-il, le prix des bananes est plus élevé, d'autant plus que les coûts de maturation, de transport et de main-d'œuvre ont également augmenté. Les bananes sont vendues par colli de 18 kg.

Au cours de l'hiver, l'entreprise a dû faire face à un risque élevé de tempêtes sur l'Atlantique et à de nombreux retards de navires. Mais aucun goulot d'étranglement n'a été constaté. Au contraire, l'approvisionnement s'est fait sans problème, malgré les tempêtes de ces dernières semaines. Pour le moment, aucun problème de qualité n'a été constaté, celle-ci étant contrôlée dans les ports de Rotterdam, Anvers et Hambourg.

France : l'invasion russe en Ukraine pourrait accroître la concurrence dans le secteur de la banane
Sur le marché français, la concurrence des bananes d'Amérique latine suscite des inquiétudes. En raison de la guerre entre l'Ukraine et la Russie, les professionnels du secteur de la banane s'inquiètent des conséquences sur le marché. L'Europe de l'Est est un gros consommateur de bananes d'Amérique latine, et cette origine pourrait se tourner vers d'autres marchés comme la France. La concurrence pourrait alors être plus difficile pour certaines origines dont la française.

Le marché français de la banane est également touché par l'inflation des coûts d'emballage, l'énergie et la faible disponibilité des conteneurs.

Italie : bons prix pour les bananes mais les coûts élevés font baisser les marges
Un grand importateur italien de bananes a déclaré : « Les prix en Italie sont actuellement assez bons, comme toujours fin février/début mars. Les principaux problèmes sont les coûts élevés du transport et du processus de maturation qui érodent totalement la marge bénéficiaire. Les prix seraient bien meilleurs si seulement les coûts d'il y a un an étaient les mêmes aujourd'hui. »

Un autre problème potentiel se profile à l'horizon : la Russie est l'un des principaux importateurs de bananes de l'Équateur, une nation qui est l'un des plus grands producteurs de bananes au monde. En raison du conflit en Ukraine, les sanctions risquent également de bloquer les ventes à la Russie, y compris les bananes. En outre, les compagnies maritimes Maersk et MSC ont annoncé le 1er mars qu'elles suspendaient leurs expéditions vers la Russie, bien que cette restriction ne s'applique pas pour l'instant aux denrées alimentaires.

Un grossiste du sud de l'Italie a ajouté : « Entre la fin du mois de janvier et le début du mois de février, nous avons rencontré des difficultés dans l'approvisionnement en bananes, en raison de l'espace limité des conteneurs et des retards dans l'arrivée des navires dans nos ports. À cela se sont ajoutés la flambée des prix du carburant, l'augmentation des coûts de production et des coûts de gestion de l'entreprise, ainsi que des tarifs nettement plus élevés à payer aux entreprises de transport. Tout cela a entraîné une hausse des prix : la banane a connu un changement positif soudain. Pour l'instant, cependant, il ne semble pas y avoir de nouvelle croissance exponentielle des prix. Depuis la fin de la semaine 7, nous avons également dû faire face aux difficultés logistiques causées par les protestations des chauffeurs de camions, qui nous ont empêchés de livrer des marchandises pendant une semaine. »

Plus de 21,2 millions de ménages ont acheté des bananes en Italie au moins une fois en 2021, soit 81,5 % des ménages italiens. Plus de 6,5 millions de ménages ont acheté des bananes biologiques, soit une tendance de +10 % par rapport à 2019. 62,5 % des familles italiennes achètent des bananes dans les supermarchés, 39,4 % dans les magasins discount, 18,6 % dans les Iper, 16 % dans les petits magasins en libre-service, 18,7 % dans les épiceries. 8,7 % des ménages italiens ont déjà acheté des bananes lors de leurs achats en ligne.

Espagne : des conditions de culture nationales défavorables augmentent les importations de bananes sur le marché espagnol
Actuellement, la production de bananes des îles Canaries est assez faible en raison de l'impact des conditions climatiques extrêmes, du volcan de La Palma et des prix très élevés. En raison des prix des bananes espagnoles, davantage de bananes importées sont entrées sur le marché espagnol. Les données douanières révèlent que les importations de bananes espagnoles ont considérablement augmenté en 2021. Les importations de bananes d'Amérique centrale ont augmenté de 15 %, tandis que celles d'Afrique ont augmenté de 27 %, selon l'Association des organisations de producteurs de bananes des îles Canaries (Asprocan).

D'après cette association, les avantages tarifaires accordés à ces pays ont rendu la concurrence imparable, comme en témoignent les chiffres des importations. L'organisation a déclaré qu'elle avait déjà dénoncé le fait que le programme de décrémentation tarifaire initié en 2010 n'apporterait que des pertes sans aucune amélioration des droits sociaux ou de l'environnement, bien que ce ne soit pas la seule raison qui aurait favorisé les importations de bananes.

Amérique du Nord : les sanctions à l'encontre de la Russie pourraient avoir un impact négatif sur la production et le marché de la banane
Actuellement, l'offre de bananes en Amérique du Nord est plus faible et ce, depuis le début de l'année. L'offre est également inférieure à celle des autres années.

« Cela est dû à une combinaison de plusieurs facteurs », explique un expéditeur. Le plus notable est le coût de la fertilisation. « Beaucoup de producteurs ont cessé de fertiliser l'année dernière en raison de l'augmentation de ces coûts. C'est le principal facteur contribuant à la faiblesse de l'offre. »

Dans le même temps, l'augmentation des coûts de fret reste un facteur influençant la quantité de fruits entrant aux États-Unis.

Cependant, l'offre est sur le point de s'améliorer d'environ 10 %. D'ici la semaine 18, une offre beaucoup plus importante devrait arriver sur le marché.

Actuellement, le Guatemala est le principal fournisseur de bananes aux États-Unis, suivi par le Costa Rica, le Mexique et le Honduras. Le Mexique, en particulier la côte ouest du Mexique, fournit également des bananes à la Russie. « Donc, avec les sanctions, cela déversera beaucoup d'approvisionnement de notre côté du globe », explique l'expéditeur. « Bien que les fruits mexicains puissent rester au Mexique étant donné que les producteurs occidentaux n'ont pas l'infrastructure pour les acheminer jusqu'aux États-Unis, cela pourrait faire baisser les prix au Mexique. »

Et puis il y a l'Équateur, un important pays producteur de bananes qui approvisionne l'Asie et l'Europe, y compris l'Ukraine et la Russie. Toutefois, l'expéditeur note que Chiquita s'efforce d'acheminer aux États-Unis les fruits qui n'arrivent pas dans ces deux pays en guerre. Cette saison, une grande partie des fruits équatoriens avait été exclue du marché américain en raison des coûts de transport importants. « Mais le marché au comptant est apparemment à 3 $ la boîte en ce moment et si c'est le cas, il est économiquement faisable pour eux d'apporter ces fruits aux États-Unis », dit-il.

Entre-temps, la demande de bananes semble bonne, mais à l'approche du mois de mars, le mois des vacances de printemps aux États-Unis, la demande ralentit.

Cependant, on observe un changement dans les fruits que les consommateurs américains préfèrent. « Les fruits de la plus haute qualité que l'on trouve actuellement aux États-Unis proviennent du Mexique ou du Guatemala. Ce sont les fruits les plus gros et les plus sucrés. D'autres pays comme le Honduras et le Costa Rica emballent des fruits qui répondent à peine aux spécifications du marché », explique l'expéditeur. « Le marché semble orienter ses préférences vers des produits plus proches des États-Unis - ce qui est logique aussi, car il est moins cher de les obtenir ici, compte tenu des coûts logistiques. »

Indépendamment de la provenance des fruits, il ne fait aucun doute que l'industrie continuera à garder un œil sur le conflit entre l'Ukraine et la Russie et les éventuelles retombées financières. « La Russie est l'un des plus grands fournisseurs d'azote. Avec les sanctions, cela va couper l'approvisionnement en azote de la majeure partie du monde. Cela signifie que le prix des engrais va augmenter de façon exponentielle si cela continue », explique l'expéditeur, notant que l'azote est aussi l'engrais qui, en volume, est le plus utilisé. « L'Ukraine est également un important fournisseur d'azote et d'autres engrais importants, tandis que le Belarus est également un très grand fournisseur d'autres matières utilisées dans les engrais, comme la potasse. Nous envisageons donc le pire des scénarios en termes d'approvisionnement mondial en engrais après une année vraiment mauvaise pour les coûts des engrais. »

En ce qui concerne le prix de la banane, il est actuellement bon et stable aux États-Unis. « Le marché au comptant était un peu plus élevé que l'année dernière. Mais cela s'explique par le fait que tout le monde a intégré les augmentations de l'inflation à la fin de l'année dernière dans les contrats de cette année, de sorte que le prix de base des bananes est beaucoup plus élevé », explique-t-il, notant que la faiblesse des stocks est un facteur clé de la solidité des prix. « À l'approche de l'été, les prix commenceront à baisser car la production sera plus importante sous les tropiques », dit-il. « Je ne sais pas dans quelle mesure ils vont encore baisser. Il se peut que ce ne soit pas énorme, car les prix du fret augmentent. Nous devrons simplement voir ce qui se passe avec le carburant et les engrais. »

Chine : la hausse des prix et des ventes marque l'arrivée de la haute saison de la banane
Au début du mois de mars, les prix des bananes n'ont cessé d'augmenter et leurs ventes ont progressé. Sur le marché intérieur, l'offre et les ventes se sont améliorées, et le marché des bananes importées est de plus en plus stable. Actuellement, le Laos et le Myanmar disposent d'importants volumes disponibles pour les exportations vers la Chine. Les problèmes de retards au niveau du dédouanement demeurent. De plus, le temps et les coûts de transport sont devenus des facteurs importants qui entravent les expéditions transfrontalières.

La Chine produit des bananes au Yunnan et à Hainan. Les bananes de Hainan devraient arriver sur le marché en grandes quantités à la mi-mars, marquant le début de la haute saison de la banane chinoise. La Chine importe des bananes des pays voisins, notamment du Laos et du Myanmar. Les bananes du Laos sont de bonne qualité, mais de nombreux retards sont enregistrés lors du passage de la frontière avec la Chine. Les exportations et le dédouanement du Myanmar vers la Chine n'ont été que partiellement réouverts depuis le début de la pandémie. Des quantités considérables de bananes récoltées au Myanmar attendent d'être transportées.

La semaine prochaine : aperçu global de la mandarine !


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)