Carlos Nemesio, responsable du programme Pastèque d'Anecoop

« La demande de pastèque est élevée pour une offre faible, les prix sont élevés et il y a des tensions »

Carlos Nemesio, responsable du programme Pastèque d'Anecoop :
La superficie cultivée en melon et en pastèque a diminué cette année en Espagne, ce qui, avec les faibles rendements au mètre carré dus à l'impact d'un temps trop pluvieux pendant les semaines de plantation, de floraison et de nouaison, a conduit à des volumes trop faibles pour une demande aussi bonne en début de saison.

« De nombreux agriculteurs ont été découragés de planter davantage de melons et de pastèques après les mauvais résultats de l'année dernière. Au moment de planter, ils ont été confrontés à davantage de restrictions d'eau et à des coûts beaucoup plus élevés que l'année précédente », explique Carlos Nemesio, directeur commercial du programme Pastèque d'Anecoop. « Si la baisse de la surface est plus sensible chez le melon, chez la pastèque on pourrait dire qu'elle se situe entre 7 et 15 %, selon la zone de culture. » 

« Outre la baisse de la surface dédiée à la pastèque, les conditions climatiques ont été horribles de fin février à début mai, avec des journées nuageuses et des pluies abondantes. En fait, il s'agit de l'année la plus humide de ces 30 dernières années, notamment au mois d'avril, où l'on a recueilli la même quantité de pluie qu'en huit mois l'année précédente. Les conditions défavorables ont affecté la pollinisation, la nouaison et la formation des fruits, ce qui a entraîné une baisse des volumes, une abondance de petits calibres et une qualité interne très irrégulière, avec des fruits à différents stades de maturation dans le même lot », poursuit Carlos Nemesio. « Si les rendements moyens habituels sont de 5 kg par mètre carré à Almeria, jusqu'à présent nous récoltions entre 2 et 3 kilos par mètre carré, auxquels il faut soustraire le pourcentage de déchets dus à des problèmes de qualité ». 

Selon le chef de produit d'Anecoop, la demande est très élevée depuis le début de la saison grâce au beau temps dans la majorité des pays européens, ce qui, compte tenu de la rareté de l'offre, provoque une tension sur les marchés. « La demande est élevée pour une offre si faible, les prix sont assez élevés et il y a beaucoup de tension. Les prix sont plus que justifiés - environ 1,10 € par kilo emballé, soit près du double des prix habituels à cette période de l'année - en raison du manque de produits. » 

Tout comme il y a habituellement un certain chevauchement entre la fin de la récolte à Almeria et le début de la récolte à Murcia, cela ne devrait pas se produire cette année. « Murcie est en retard et disposera d'environ 40 % de pastèques par rapport à ce qu'elle a habituellement et, bien que cela coïncide un peu avec la fin d'Almeria, cela ne corrigera pas l'écart actuel entre l'offre et la demande. Pour l'instant, l'Espagne est le seul pays du bassin méditerranéen capable de fournir des pastèques, mais à partir de la mi-juin, l'approvisionnement commencera à venir de Turquie, de Hongrie et d'Italie, dont les prévisions sont normales. À partir de ces dates, les marchés européens pourraient trouver des alternatives de ces origines et, bien que nous ayons moins de produits en Espagne, les prix pourraient souffrir de la concurrence de ces pays », avertit Carlos Nemesio.

Les prix restent élevés et l'offre de pastèques ne devrait pas se stabiliser avant la mi-juillet, lorsque les cultures en plein air démarreront dans leur intégralité. Pour le moment, la plupart des étagères européennes sont encore relativement vides de fruits d'été et à des prix élevés.

Anecoop prévoit de vendre environ 150 000 tonnes de pastèques cette saison pour le 30e anniversaire de ses pastèques Bouquet sans pépins, qui sont actuellement principalement destinées aux marchés de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, d'Espagne, des pays nordiques et de Pologne.

« Lorsqu'Anecoop a lancé ce projet en 1992, la pastèque était en Europe un produit peu apprécié, avec peu de valeur commerciale et qui était loin d'être consommé comme aujourd'hui. Nos pastèques sans pépins ont été une révolution pour cette catégorie et ont créé des tendances jusqu'à aujourd'hui. Les mesures prises en matière d'amélioration variétale ont fait que la demande de pastèque croît encore plus vite que celle de melon. C'est un produit dont le rendement à l'hectare est plus élevé pour l'agriculteur et son saut qualitatif le rend plus attractif pour le consommateur, couvrant mieux les besoins du marché », souligne Carlos Nemesio.

« Aujourd'hui, il est difficile de trouver des pastèques à pépins dans les rayons européens où les pastèques sans pépins règnent en maître, à l'exception de marchés comme la France qui, en raison de ses liens avec le Maroc, importe encore pas mal de pastèques de ce pays. Nos ventes sur le marché intérieur représentent environ 20 %, tandis que le reste est exporté vers tous les pays de l'UE. » 

Pour plus d'informations :
anecoop.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)