Marché mondial : le poivron

Le marché mondial des poivrons est très hétérogène en ce moment, suivant les endroits. En Europe du Nord, le marché est calme, notamment en Allemagne, tandis qu'aux Pays-Bas et en Belgique, les producteurs doivent faire face à des pertes liées à des problèmes de culture, situation aggravée par la faiblesse des prix. En Pologne, en revanche, la demande et les prix sont en hausse, conduisant certains producteurs à épuiser leurs stocks. Dans le sud du continent, la situation est légèrement meilleure pour la plupart des producteurs, avec une reprise des prix en Italie et des prix satisfaisants pour les producteurs espagnols, qui se sont tournés, cette année, vers la culture des poivrons californiens. Les prix sont également élevés sur le continent nord-américain, peut-être même trop élevés, car ils affectent les engagements pris en matière de baisse des prix et d'augmentation des disponibilités.

Pays-Bas et Belgique : problèmes de culture et prix bas marquent les marchés
Par rapport aux autres légumes de serre, le prix des poivrons est à la traîne cette année. La saison est difficile, alors que l'on s'attendait à ce qu'elle soit raisonnable.

Les producteurs des Pays-Bas et de Belgique doivent faire face à des attaques de pucerons et plusieurs producteurs ont également des problèmes au niveau des racines. Certains ont pris la décision d'interrompre leur culture et se sont tournés vers une autre culture en cours de saison. 

Un coup d'œil sur les prix montre que les cours du poivron ont été inférieurs à la moyenne quinquennale au cours des dernières semaines. Ce n'est que la semaine dernière que la situation a changé et que le prix a dépassé cette moyenne. Un redressement des prix qui s'inscrit dans le cadre de la tendance à la hausse de la consommation de ces deux dernières années, où le prix du poivron avait atteint un pic au cours de la semaine 33, pour ensuite retomber quelque peu.

Les poivrons jaunes sont les plus rémunérateurs aux enchères flamandes ces dernières semaines, à côté des oranges, souvent plus faibles en volume mais plus élevés en prix. Les poivrons rouges sont en dessous des cours du jaune depuis plusieurs semaines. Pour les poivrons verts, le compteur néerlandais a montré une tendance à la hausse en début de semaine, dans la lignée d'un pic de prix l'année dernière.

Les dernières semaines de vacances d'été ont été chaudes et ensoleillées. Néanmoins, les prix de l'énergie sont surveillés de près. Le prix du gaz, par exemple, a dépassé les 200 euros par mégawatt-heure et les prix de l'électricité ont également atteint des sommets. On s'attend à ce que les cultivateurs, en particulier ceux qui n'ont pas obtenu de contrats de gaz à moindre coût, choisissent d'arrêter leurs cultures plus tôt. En outre, si les prix de l'énergie ne changent pas rapidement (ce qui est peu probable), les producteurs planteront plus tard, feront des cultures plus économes en énergie et entreront donc en production plus tard la saison prochaine.

Au milieu de tous ces développements extraordinaires de la crise, une évolution positive pour les exportateurs de poivrons vers l'Amérique du Nord a eu lieu le mois dernier. Le taux de change euro-dollar est à un tel niveau que les exportations vers l'Amérique du Nord sont actuellement plus avantageuses que ce n'était le cas depuis longtemps. En outre, les coûts du fret aérien auraient considérablement diminué. Mais les volumes destinés à l'Amérique du Nord sont faibles. De nombreux poivrons restent à proximité du pays, avec l'Allemagne comme principal marché étranger. Ici, le produit néerlandais est dominant sur les marchés de gros, complété par le produit belge.

Il faudra attendre de voir quand les premiers poivrons importés arriveront de nouveau sur les étals. En plus d'un regard sur les prix de l'énergie, nous nous pencherons donc également sur le marché principalement espagnol.

Allemagne : un marché du poivron calme
Les poivrons d'origine néerlandaise ont dominé cette saison, tandis que les poivrons belges ont complété le marché. Seules des quantités limitées provenaient de Turquie, tandis que les poivrons polonais complétaient l'assortiment avec de très petites quantités. Les poivrons locaux coûtaient jusqu'à 4,30 € par kg dans le sud de l'Allemagne. Dans l'ensemble, les ventes ont été relativement calmes au cours des dernières semaines.

Globalement, la demande a pu être satisfaite sans difficulté. Les prix de toutes les variétés ont également montré une tendance à la hausse. Les variétés jaunes étaient souvent les plus chères, tandis que les variétés rouges étaient généralement encore à des prix modérés.

Pologne : augmentation de la demande de poivrons
La demande de poivrons cette semaine est énorme par rapport au reste de la saison, tant au niveau national qu'à l'exportation. Cela a entraîné une hausse des prix de ces produits, mais les consommateurs et les producteurs semblent satisfaits de la situation actuelle. De bonnes quantités sont encore disponibles partout, mais certains exportateurs ont vu une telle augmentation de la demande qu'ils ont tout vendu cette semaine.

Italie : redressement des prix des poivrons
Le marché du poivron en Italie connaît une reprise des prix. Pour l'instant, à l'échelle nationale, les marchés absorbent la production italienne, bien que l'on constate une présence de 10 % de poivrons néerlandais.

Un grossiste d'un grand centre agroalimentaire du nord de l'Italie indique qu'après quelques semaines de marché peu réceptif, on a constaté une reprise de la demande à partir du 16 août. Les poivrons longs, jaunes ou rouges, cultivés en Italie et transformés en caisses monocouches, ont atteint 2,60 €/kg avec une moyenne de 2,30 €/kg. En revanche, les cotations des poivrons en provenance des Pays-Bas ont été plus basses. En effet, tant les poivrons jaunes que les poivrons rouges ont été vendus en gros à environ 1,80 €/kg.

Une mention spéciale pour les « friggitelli » (il s'agit de poivrons verts qui ne sont pas piquants, mais plutôt doux. Il est également connu sous le nom de poivron grec doré, poivron italien doux ou poivron toscan). Ce sont des poivrons typiques cultivés dans le sud de l'Italie, mais vendus dans tout le pays : les prix se situent entre 2,00 et 2,50 €/kg.

En Campanie, la demande est bonne et dépasse l'offre. Par rapport à la même période l'année dernière, les prix étaient nettement plus élevés.

Espagne : les poivrons de Californie gagnent en popularité
En Murcie, la saison des poivrons est entrée dans sa dernière phase. Les prix ont été acceptables pour les producteurs, dépassant 1,00 € par kilo. La saison se termine environ 2 à 3 semaines plus tôt dans la région en raison de l'interdiction par le ministère espagnol de l'agriculture du 1,3-dichloropropène, couramment utilisé pour désinfecter le sol. En remplacement de ce traitement, les producteurs utilisent la méthode de bio-solarisation, ce qui les oblige à terminer la saison plus tôt et à disposer de suffisamment de temps pour traiter le sol. Les producteurs de poivrons trouvent cette réglementation scandaleuse car elle ne s'applique qu'à leur culture alors que les producteurs de tabac peuvent continuer à l'utiliser. Almería n'ayant pas encore commencé la récolte, il en résulte un déficit de production qui fait grimper les prix, notamment pour les poivrons longs de la variété Lamuyo.

Pendant toute la campagne, les prix ont été de 10 à 15 % plus élevés pour les poivrons longs de la variété Lamuyo que pour les poivrons courts de Californie, les plus demandés sur les marchés d'exportation d'Europe centrale et du Nord. Cela s'explique par le fait que la superficie consacrée aux poivrons de type californien a augmenté d'environ 30 % en Murcie, gagnant ainsi du terrain sur le type Lamuyo. Poussés par la bonne demande de l'Europe et les résultats supérieurs des unités de 1ère catégorie qu'offre le poivron californien, les producteurs l'ont trouvé plus attractif. De plus, les semenciers ont investi beaucoup plus dans les nouvelles variétés de poivrons de Californie que dans les variétés de Lamuyo, traditionnellement consommées en Espagne, en Italie et au Portugal. Mais la consommation de poivrons californiens en Espagne a augmenté depuis que de grands détaillants comme Mercadona, entre autres, ont introduit dans leurs rayons des emballages de poivrons tricolores, avec des tailles plus grandes par rapport aux autres marchés européens. Aujourd'hui, à la fin de la saison murcienne, la différence de prix entre ces deux types de poivrons est énorme puisque la récolte n'a pas encore commencé à Almeria.

Chine : prix élevé du poivron
Certaines zones de production en Chine sont marquées par une pénurie d'approvisionnement qui fait grimper les prix sur le marché. Les prix atteignent 3,8 à 4 yuans par jin (0,5 kg), ce qui représente presque le double du prix des poivrons verts par rapport aux niveaux atteints à la même époque l'année dernière. La chaleur actuelle en Chine rend également la récolte difficile.

Amérique du Nord : les prix élevés et la faible disponibilité exercent une pression sur le marché
L'approvisionnement en poivrons a été bon, bien que certaines régions aient plus de difficultés que d'autres. Un expéditeur a dû relever le défi de cultiver ses poivrons à partir de Coahuila, au Mexique, où il a augmenté sa superficie chaque année ces dernières années pour répondre à la forte demande estivale.

Mais dans le même temps, d'autres États en produisent, notamment le Michigan, le New Jersey et les États du Sud-Est comme la Géorgie et les Carolines. « Dans le Sud-Est, la météo peut être problématique en septembre. En général, beaucoup d'accords locaux sont conclus durant l'été », explique l'expéditeur. Dans l'Ouest, la Californie produit également actuellement. La production en serre de poivrons est également en cours.

Il fait remarquer que la plupart des régions du pays ont connu des mois d'été chauds, ce qui a entraîné un resserrement des stocks et risque également d'affecter la qualité.

« Cependant, la demande de poivrons a été bonne. Les poivrons en général sont l'un des cinq premiers articles dans les épiceries, donc du point de vue de la demande, la demande est toujours bonne », dit-il.

Les prix des poivrons verts sont donc restés relativement stables et se situent dans la fourchette des 20 $, ce qui, selon l'expéditeur, n'est pas inhabituel à cette période de l'année. « Mais cela dépend de la météo de l'été - et aux États-Unis, elle a été irrégulière - la plupart de vos gros calibres se vendent entre 18 et 20 dollars en ce moment », dit-il.

Les poivrons rouges, par contre, se vendent plus de 30 $ depuis le début de l'été. « Avec les problèmes de météo et de qualité, ce prix n'a pas bougé - il est à 34 $ depuis des mois et il est rare que le prix soit maintenu aussi longtemps », dit-il. « Les marchés de l'année dernière et de cette année étaient de 10 à 12 dollars, contre 34 dollars. Cela nuit aux engagements pris envers les clients sur la base d'un prix normal, puis la disponibilité n'est pas au rendez-vous. Jusqu'à présent, l'été a été très frustrant et difficile. »

Pour ce qui est de l'avenir, la production devrait changer au début du mois de novembre, lorsque les programmes d'hiver commenceront. « Lorsque nous commençons à réduire nos activités et que nous arrivons à la fin septembre/octobre, l'offre commencera à se resserrer et le transfert vers les régions de culture de l'Ouest commencera à prendre effet », explique l'expéditeur.

Mexique : certitude totale quant à la possibilité d'élargir les marchés et les volumes pour le poivron mexicain
Le Mexique est de loin le plus grand exportateur de poivrons de la planète. Selon les statistiques, en 2020, il a approvisionné les différents marchés du monde avec 1 138 288 tonnes de piments, de piments forts et de poivrons (verts), concentrant 28,4 % du volume total de poivrons commercialisés sur le marché mondial.

L'industrie de ce légume a connu un essor important ces dernières années en Amérique du Nord en raison de l'augmentation de la demande de son principal client, les États-Unis, et du développement de l'agriculture protégée, qui a permis non seulement une plus grande efficacité et un meilleur contrôle de la production, mais aussi la possibilité d'offrir un produit frais et de qualité tout au long de l’année. En fait, actuellement, près de 50 % de la production du pays est réalisée sous le régime de l'agriculture protégée. Concrètement, selon les données partagées par l'USDA, les importations en provenance du Mexique ont représenté 77 % du volume total de légumes frais importés par le marché américain en 2020.

Malgré son ampleur, les résultats les plus récents de l'industrie montrent que le secteur du poivron au Mexique dispose encore d'une marge de croissance intéressante. Dans la période de janvier à novembre 2021, la valeur des exportations de poivre frais a enregistré une nouvelle croissance de 5,4 % en glissement annuel, totalisant 1 366 millions de dollars.

« Nous sommes pleinement convaincus qu'il est possible d'élargir les marchés et les volumes. Nous devons garder à l'esprit que, en raison de la proximité, les entreprises agro-industrielles du Mexique se tournent toujours vers le nord, qui est notre marché naturel, mais nous commençons à tourner la tête vers d'autres endroits dans la mesure où nous savons parfaitement qu'il existe de très bonnes opportunités de commercialisation de nos produits sur d'autres marchés, car la qualité du poivron et du piment mexicain ne fait aucun doute », explique un important producteur et exportateur de poivron qui opère à Jalisco.

« Des exemples intéressants sont le Royaume-Uni, qui après avoir quitté l'UE, se trouve à un stade opportun pour ouvrir le marché en raison des difficultés générées par le Brexit dans le commerce avec le reste de l'UE, qui était son principal fournisseur de produits alimentaires frais. Mais d'autres marchés plus éloignés sont aussi visés, comme les Émirats arabes unis, le Qatar, etc... ce sont des marchés qui, nous en sommes sûrs, seront tôt ou tard des destinations régulières pour nos produits. »

Toutefois, les États-Unis devraient continuer à être son principal et plus grand client. La relation commerciale du secteur mexicain des fruits et légumes avec les États-Unis est fortement consolidée après des décennies d'activité bilatérale étroite et de croissance conjointe, même si l'industrie a connu une situation délicate en 2021 lorsque plusieurs de ses produits d'exportation ont été identifiés et étudiés par l'USITC pour leur effet possible sur la production nationale.

« Nous sommes convaincus que nous n'aurons aucun problème dans ce domaine. Les États-Unis et le Canada ont un déficit d'approvisionnement de certains produits, comme dans le cas du poivron, lequel est couvert par le producteur mexicain. Et nous, en tant que producteurs mexicains, sommes soumis à des réglementations par le biais de certifications, qui garantissent la qualité et la sécurité des produits. »

« Entre les trois pays, nous travaillons avec les mêmes règles et nous couvrons les besoins de tout pays qui ne peut pas être couvert avec sa production interne. La vente de nos produits n'affecte pas nos collègues producteurs américains ou canadiens, puisque nous couvrons une demande qu'ils ne peuvent actuellement pas couvrir avec leur production courante. »

La semaine prochaine : aperçu du marché mondial de banane !


Date de publication:
© /



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)