Les volumes de kakis diminuent de 30 % par rapport à l'année dernière

La saison du kaki n'est plus qu'à quelques semaines et les choses s'annoncent bien malgré les problèmes auxquels les producteurs ont dû faire face en raison du temps incertain.

En Espagne, par exemple, la campagne semble prometteuse après la chute de la production de l'année dernière (50 %).

Afin de mieux comprendre la situation en Italie, FreshPlaza s'est entretenu avec Vito Vitelli, agronome et concepteur de Melotto®, un projet de réseau destiné à soutenir la chaîne de production du kaki. La marque compte actuellement 30 producteurs couvrant plus de 200 hectares, situés principalement dans le centre et le sud de l'Italie.

« Les volumes sont inférieurs d’au moins 30 % à ceux de l’année dernière mais, dans le même temps, la qualité est meilleure. La pluie abondante a permis aux plantes de pousser, ce qui a entraîné des baisses considérables en été. Les fruits sur les arbres se développent bien, même quand il s'agit des calibres. »

Chute des fruits durant les derniers mois 

« Bien que les kakis soient extrêmement résistants aux organismes nuisibles, ils sont très sensibles aux phénomènes météorologiques et  en particulier au vent. Ceux qui utilisent des brise-vent ou des systèmes de couverture ont nettement moins de problèmes, car le vent entraîne des petites feuilles, des plantes non développées, des petits fruits et même des gouttes. De plus, les feuilles et les fruits sont endommagés. »

« Les cultures sont en bonne santé, du moins en ce qui concerne notre circuit. En tant qu'entreprises du réseau Melotto®, nous suivons le protocole qui nous permet d'effectuer des interventions préventives ciblées. La situation phytosanitaire est également satisfaisante : l'éclaircissage a permis aux plantes d'être bien ventilées et ensoleillées et nous avons réussi à éviter les attaques d'aleurodes. Nous avons également utilisé la technique des sels de potassium suivie du savon de Marseille pour éliminer les substances cireuses qui protègent l'insecte dans les jeunes phases. »  

« En ce qui concerne la mouche méditerranéenne des fruits, nous contrôlons les attaques via le piégeage de masse et utilisons également des appâts protéiques que nous faisons nous-mêmes (environ 100 bouteilles de 2 litres par hectare). »

Appât protéiné ; les mouches des fruits volent à l'intérieur des pièges. 

« Les opérations de récolte en Italie commenceront début octobre avec Caltanissetta et Agrigento (Sicile). La baisse des volumes globaux sera compensée par les excellentes qualités (actuellement 250 gr). La commercialisation a généralement lieu à 350/400 gr. »

« L'entrepôt de traitement est situé à Rome. Il a fallu 4 à 5 ans pour mettre en œuvre l'ensemble du système, mais le circuit complet, qui commence dans les pépinières et atteint les chaînes de distribution, prend forme afin que tous les acteurs de la chaîne puissent commencer à travailler ensemble. »

Pour plus d'informations : 
Vito Vitelli - agronomist
Cell. : +39 339 2511629
vitovitelli.blogspot.com    


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)