Kees Havenaar (Frutas Luna) : « Les producteurs espagnols profitent du prix élevé du gaz néerlandais »

« De plus en plus de spécialités sont plantées en Espagne chaque année »

La nouvelle saison de légumes espagnols est sur le point de démarrer chez Frutas Luna. Pourtant, en avant-première, le premier voyage de Kees Havenaar, de l'entreprise, a été à La Palma, dans les îles Canaries. « C'est affligeant ce qui s'y passe actuellement à cause de l'éruption volcanique. Des centaines d'hectares de plantations de bananes ont été perdus. » 

« Cela est dû à la lave, aux cendres et à une pénurie d'eau. Nous voyons les images, et cela nous attriste. On estime que la récolte de bananes sera inférieure de 30 %. Et 35 à 50 % des emplois sur cette île sont directement liés au secteur agricole. Nous sommes donc de tout cœur avec les habitants de cette île. » 

Kees (à droite) et l'un de leurs cultivateurs devant le bâtiment de Frutas Luna.

« Personne ne sait ce qui va se passer avec la saison d'Almeria », poursuit Kees. « Nous, comme toujours, nous ne pouvons que deviner. Il y aura probablement un peu moins de tomates, je pense environ 3 % de moins. Cette superficie a été ajoutée principalement aux poivrons. Et une petite partie a été consacrée aux courgettes et aux aubergines. La superficie consacrée aux concombres restera la même. » 

« Chaque année, les producteurs plantent un peu plus de spécialités. Je parle de la Palermo (surtout le vert), des mini concombres, et à petite échelle, des poivrons. Si vous ne maîtrisez pas cette culture, ce sera très difficile. Les semences sont très chères, et c'est une activité qui demande beaucoup de travail. Et avec les prix récents, ils peuvent difficilement se le permettre. »

« Tout est devenu plus cher ici à Almeria et en Espagne. Les salaires et les coûts énergétiques sont élevés. Les coûts énergétiques de l'Espagne sont les plus élevés d'Europe. Et le coût des matériaux comme le carton a augmenté de 30 %. Le prix des palettes a même presque doublé ! Nous devons récupérer cela d'une manière ou d'une autre. Les prix des contrats ne sont pas plus élevés que les autres années », explique M. Havenaar.

« Mais les coûts le sont, donc ça ne va pas devenir plus facile. Il ne nous reste plus qu'à espérer qu'il fera froid tôt aux Pays-Bas. Et ici aussi. Les prix augmenteront alors automatiquement. Car, soyons honnêtes, Almería profitera alors des prix élevés du gaz aux Pays-Bas. Ce qui n'est pas agréable pour de nombreux cultivateurs néerlandais. La perte des uns est cependant le gain des autres. »

« Les perspectives de Frutas Luna sont bonnes. Nous avons quelques belles choses en tête. Nous avons plusieurs nouveaux produits comme l'ail. Nous avons bien surmonté la pandémie et le Brexit. Nous n'avons donc aucune raison de nous plaindre. Nous nous y remettons avec enthousiasme. Si les importateurs néerlandais font de même, tout ira bien pour nous », conclut Kees. 

Pour plus d'informations :
Kees Havenaar
Frutas Luna
Tél. : +34 (0) 950 178 653
kees@frutasluna.com 
www.frutasluna.com 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)