Louw de Wet - FireFruit

Le pitaya enflamme l'imagination du producteur de Boland

Louw de Wet n'aime pas trop le nom de fruit du dragon, il préfère l'appeler pitaya - un fruit qui a enflammé son imagination depuis qu'il l'a vu pour la première fois sur une photo il y a sept ans.

Il a vérifié lui-même le nom des variétés de plantes qu'il avait reçues en provenance d'autres régions du pays, ce qui a amené à un contact étroit avec les plantes et à une connaissance approfondie de celles-ci.

Louw de Wet avec des pitayas, localement connus sous le nom de fruits du dragon, mais il aime le nom que leur a donné sa femme : fruits du feu.

Il a finalement importé environ 70 variétés de pitaya d'Asie, ainsi que d'autres variétés dont il avait vérifié l'identification (il dit que de nombreuses variétés sont connues sous différents noms) et il les évalue actuellement.

Il y aurait environ 135 variétés de pitaya dans le monde, note-t-il.

« Il y a sans aucun doute des possibilités, mais le marché mondial n'est ouvert qu'aux pitayas de bon goût. Il faudra faire un travail de fond pour convaincre les gens que le fruit du dragon peut avoir un bon goût », déclare Louw de Wet, agriculteur de sixième génération à Retreat, dans la vallée d'Agterkliphoogte, près de Robertson. « Les fruits insipides ont nui à la catégorie, mais on trouve des variétés avec un très bon goût et des qualités commerciales. »

Le pitaya est très adapté aux zones où l'eau est rare, comme dans la ferme de Louw qui dépend entièrement des précipitations et de la neige sur les hauts sommets

L'extrême facilité de propagation du cactus épiphyte a eu un effet à double sens : d'une part, elle a facilité la distribution de variétés sans goût, ce qui nuit à l'enthousiasme des consommateurs, mais à l'inverse, elle peut aussi facilement accroître l'accès à des variétés de meilleur goût, dit-il. Louw prévoit de créer une pépinière de pitaya pour fournir aux producteurs locaux les variétés les plus savoureuses qu'il identifie dans son bloc d'évaluation.

Les fleurs de pitaya ne s'ouvrent qu'une nuit, elles n'ont donc qu'une seule occasion d'être pollinisées et, pour certaines variétés, la pollinisation croisée est très importante. 



L'importance de l'association des producteurs de fruits du dragon

Actuellement, la plus grande culture de Retreat, en termes de superficie, reste le raisin de cuve, ainsi que les agrumes (agrumes doux, citrons et navels tardifs), les abricots et, de plus en plus, les poires (qui remplacent les pêches).

Louw prévoit une expansion significative du pitaya dans les années à venir, idéalement entre 15 et 30 ha, ce qui lui donnera les volumes nécessaires pour négocier avec les détaillants, en plus des forts volumes qui s'accumulent dans d'autres parties du pays, principalement à Mpumalanga et Limpopo.

Il estime qu'il est impératif pour le développement d'une industrie sud-africaine du pitaya (ou fruit du dragon, comme on l'appelle localement) que les producteurs adhèrent à l'Association des producteurs de fruit du dragon d'Afrique australe et il souligne que les plantations de pitaya sont plus nombreuses qu'on pourrait le penser.

« Nous avons des restrictions d'eau et le pitaya est une plante économe en eau, ce qui est l'un des facteurs qui peuvent lui donner une valeur de chiffre d'affaires plus élevée par hectare, lorsque l'on compare l'utilisation de l'eau, que certaines des autres cultures que nous avons ». 

L'Afrique du Sud dispose d'une fenêtre d'exportation vers l'UE et le Royaume-Uni
Au cours des prochaines années, il se concentrera sur le marché intérieur et souhaite que le pitaya FireFruit devienne un nom connu des amateurs de fruits. L'accueil réservé à leurs fruits dans les foires alimentaires a confirmé sa conviction que les consommateurs ont juste besoin de rencontrer le bon pitaya.

Photos fournies par FireFruit

Il reste encore beaucoup à faire, non seulement pour convaincre les consommateurs, mais aussi pour éduquer les magasins et les détaillants sur la manipulation post-récolte du pitaya et sur la nécessité d'un étalage réfrigéré, et non d'un étalage ouvert comme on le voit souvent dans les supermarchés locaux et chez les marchands de fruits et légumes.

Il ajoute que les producteurs ne devraient pas vendre leurs fruits à des prix trop bas, ce qui nuit au marché. Il estime qu'un prix minimum est de 30 R (1,76 €) par kilogramme pour couvrir les coûts.

Les exportations (tout en fret aérien) pourraient être une possibilité ultérieurement, lorsque le plafond de la consommation intérieure aura été atteint. Le pitaya sud-africain est récolté à une période où le Vietnam et la Chine ne sont pas encore en pleine production, de janvier à mars.

Les régions du nord de l'Afrique du Sud commencent leur récolte quelques semaines à un mois avant le Cap, où les semaines de pointe vont de mars à mai.



Pour plus d'informations :
Louw de Wet
FireFruit
Tél. : +27 79 501 7749
louwdewet@firefruit.co.za 
https://firefruit.co.za/ 


Date de publication:



Receive the daily newsletter in your email for free | Click here


Other news in this sector:


Abonnez-vous à notre lettre d'information quotidienne pour vous tenir informé(e) des dernières actualités!

S'abonner Je me suis déjà inscrit(e)